Auto-Moto

alternative crédible au DS7 Crossback ?


Dans sa finition Initiale Paris, le Renault Koleos prétend rivaliser avec le DS7 Crossback. Fait-il bonne figure face à son concurrent résolument premium ?

Essai Renault Koleos Initiale – Pour qui souhaite rester fidèle au drapeau tricolore pour s’offrir un SUV premium, le DS7 Crossback s’impose comme l’unique choix possible. A moins de considérer le Renault Koleos dans sa variante la plus huppée, signée Initiale Paris. Malgré son déficit d’image, le crossover du Losange peut-il tirer son épingle du jeu pour séduire ?

Après cinq années de carrière, et un léger restylage opéré en 2020, le Renault Koleos commence à accuser le poids des ans face à une concurrence plus moderne. Mais à l’exception du DS7 Crossback, aucune autre marque française ne propose ce type de grand SUV 5 places à son catalogue. Ainsi, fort de sa finition haut de gamme Initiale Paris, le Koleos se positionne sur une niche de marché, tentant de proposer une alternative meilleur marché aux Audi Q5, BMW X3 et Mercedes GLC.

Confort XXL

Ne serait-ce qu’en termes de gabarit, les 4,67 m de long du Renault Koleos s’avèrent plus crédibles que les 4,57 m du « frêle » DS7 Crossback pour s’opposer au trio allemand s’allongeant sur 4,68 m en moyenne. Cinq passagers y voyageront plus à l’aise qu’à bord du SUV de DS, tandis que le volume de coffre du Renault, établi à 565 dm3, se montre plus généreux de 10 l. Mais c’est surtout aux places avant que l’on apprécie l’excellent confort de roulement du Koleos, associant une filtration de la route de premier ordre aux superbes sièges Pullman chauffants et ventilés, dotés d’appui-têtes en 3 dimensions. En ville comme sur voix rapide, les kilomètres s’enchaînent à son volant sans craindre la fatigue. Si son peut lui reprocher son manque de dynamisme, en termes de comportement routier, on apprécie sa meilleure tenue au roulis, là où le DS7 Crossback est sujet au tangage, malgré sa suspension pilotée.

Boîte déroutante… mais attachante

Pourtant, la transmission Xtronic à variateur de notre essai a de quoi dérouter sur les premiers kilomètres, dans la mesure où elle émet un sifflement continu en prise avec le moteur diesel de 185 ch qui l’équipe. Mais très rapidement, on apprécie que ce léger bruissement cache les claquements, au demeurant discrets, du bloc dCi. Et l’on se prend même à croire que l’on conduit un véhicule électrique, en milieu urbain. De son côté, la gestion de la boîte automatique est parfaitement contenue, simulant adroitement les passages de vitesses, et évitant les outrageuses vocalises généralement inhérentes à ce type de transmission par variateur.

4×4 à l’appétit d’oiseau

S’il n’est pas un foudre de guerre, son 2.0 l diesel de 185 ch fait surtout falloir un joli couple (380 Nm) pour faire de lui un excellent tracteur. Il peut également se targuer d’offrir une véritable transmission 4×4, rare à ce niveau de gamme. A titre de comparaison, le DS7 Crossback impose de recourir à sa variante hybride rechargeable de 300 ch pour bénéficier d’une transmission intégrale. Et malgré ses 4 roues motrices, le Koleos se montre peu gourmand en gazole. Sur le trajet routier et autoroutier que nous avons parcouru, il s’est contenté d’une moyenne de 7,4 l aux 100 km, avec 5 passagers et le coffre plein.

Finition en progrès

La planche de bord du Renault Koleos, malgré la récente mise à jour orchestrée, supporte difficilement la comparaison avec le DS7 Crossback, en termes de raffinements. Mais les plastiques moussés sont légions et les ajustement font preuve de sérieux. Sur le plan de la connectivité, mention spéciale à la tablette tactile centrale, au format vertical, qui se montre beaucoup plus performante et réactive qu’à bord du SUV de DS. On regrette toutefois qu’elle ne soit pas suppléée par une dalle numérique plus grande, derrière le volant. Impossible pour celle logée sous les yeux du conducteur d’y relayer les informations de navigations, par exemple. Si l’ergonomie ne souffre quasiment aucune critique, on peste encore après le positionnement des actionneurs de régulateur/limiteur, au niveau du levier de vitesse.

Contrat rempli

Proposé à 50 600 €, en finition Initiale Paris, le Renault Koleos s’affirme comme une excellente alternative aux concurrents premium. Pour le même prix, le DS7 Crossback ne propose pas autant d’équipements, et impose notamment de recourir aux options pour bénéficier d’un intérieur cuir. Mais si le Koleos fait valoir son équipement pléthorique, et sa transmission 4×4, ses rejets de CO2 s’élevant à 178g/km imposent un malus écologique de 5 105 €. 

Renault Koleos Initiale : prix, fiche technique

  • Renault Koleos Blue dCi 185 X-Tronic 4×4 Initiale Paris
  • Moteur : avant, 4-cylindres turbo diesel, injection directe, 16 soupapes, 1 997 cm3, Stop/Start
  • Transmission : 4×4, à variation continue
  • Puissance (ch à tr/min) : 185 à 3500
  • Couple (Nm à tr/min) : 380 à 1750
  • Poids (kg) : 1 866
  • Vitesse maxi (km/h) : 198
  • 0 à 100 km/h (s) : 10,2
  • Conso moyenne constructeur/durant l’essai (l/100 km) : 6,8 / 7,4
  • CO2 (g/km) / malus : 178/ 5 105 €
  • A partir de 50 600 €

L’actualité de Renault :

Nouveau Renault Captur 2023 : que nous réserve son futur restylage ?

Futur Peugeot 3008 2023 vs futur Renault Kadjar 2022 : premier duel

Essai Renault Captur hybride : au volant de l’E-Tech 145


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page