People

Critique de « Clickbait » : Mort par Internet dans un drame Netflix, qui raconte un mystère sinueux qui pourrait ne pas valoir un clic


La prémisse jette un utilisé avec parcimonie Adrien Grenier (“Entourage”) dans le rôle de Nick Brewer, un père de famille qui est kidnappé, avec un ravisseur invisible qui lui fait brandir des cartes affirmant qu’il abuse des femmes. Lorsque la vidéo reçoit 5 millions de vues, prévient le kidnappeur, Nick sera exécuté.

L’ultimatum inexplicable déclenche une série de réactions, la plus urgente de la part de la sœur de Nick, Pia (Zoe Kazan), qui est absolument convaincue que Nick ne pouvait pas être coupable des actions présumées qui pourraient conduire à sa mort. L’épouse de Nick, Sophie (“Get Out’s” Betty Gabriel), semble plus difficile à lire, peut-être parce qu’elle recèle ses propres secrets, comme pratiquement tout le monde passant par l’orbite de la série, dont les histoires se dénouent lentement de manière imbriquée.

La police, quant à elle, semble d’abord sceptique. Pia continue de faire pression sur le flic (Phoenix Raei) qui a initialement attrapé l’affaire, dont l’intérêt pour elle – et potentiellement pour elle – déclenche la politique interne du département, dont aucune ne semble particulièrement utile à la cause de la localisation et du sauvetage de son frère.

Créé par Tony Ayres (qui a inventé le drame australien “La giffle,” qui racontait également une histoire sous plusieurs angles), c’est certainement un concept ambitieux, avec une qualité de “Rashomon” dans le fait que chacun possède une perspective différente. Progressivement, chacune des huit heures diffuse de nouveaux extraits d’informations, se rapprochant ainsi de la découverte de la vérité.

Le défi inhérent à ce type de construction, cependant, vient d’éviter une accumulation qui est nettement meilleure que la résolution. Hélas, c’est surtout le cas, car le récit repose sur un régime constant de nouveaux rebondissements – certains intelligents, d’autres farfelus et apparemment abandonnés du champ gauche.

En cours de route, “Clickbait” mélange des références à la cruauté des médias sociaux, à l’insensibilité des médias locaux et aux aléas de choses comme les applications de rencontres, créant ce qui équivaut à une illusion de pertinence plus large lorsque l’objectif est simplement de trouver un autre moyen quelque peu nouveau de présentant un thriller policier en série.

En ce sens, “Clickbait” reflète au moins la mentalité commerciale définie par le titre – à savoir, une fois que l’émission a suscité suffisamment de curiosité pour inciter les gens à la vérifier, il n’est en fait pas pertinent de savoir si elle tient ses promesses.

“Clickbait” sera présenté le 25 août sur Netflix.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page