Economie

A France Télévisions, une rentrée placée sous le signe de la légèreté

Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), près de Paris, le 4 mars 2021.

Le retour de Thierry Ardisson (France 3), l’arrivée de la série d’animation « Idéfix et les irréductibles » (France 4), le lancement d’un télécrochet musical (France 2), le remodelage de l’émission politique mensuelle (France 2)… Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, France Télévisions a renoué, mardi 24 août, avec l’exercice traditionnel de la conférence de presse de rentrée, qui permet aux vedettes des antennes et aux journalistes spécialisés dans l’audiovisuel de détailler les nouveautés de la saison.

L’exercice s’est déroulé sous le haut patronage de Michel Drucker, qui fêtera ses 79 ans le 12 septembre, au cœur du pavillon Gabriel où il enregistre traditionnellement son émission « Vivement Dimanche » (de retour dès ce week-end sur France 2). Près de deux heures de présentation n’ont pas suffi à épuiser le catalogue des émissions, qui révèle quelques paradoxes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A France Télévisions, un virage éditorial à petits pas

Ainsi, alors que le fact-checking (journalisme de vérification) cher à Laurent Guimier, le directeur de l’information de France Télévisions, s’appliquera désormais aux fausses images afin d’« aider à ne pas se faire avoir » (avec un décryptage des deepfakes, ou hypertrucages, baptisé « Les révélateurs »), France 2 mettra à profit l’intelligence artificielle pour faire parler les morts dans « Hôtel du Temps », l’émission qui signe le retour de Thierry Ardisson sur le service public après treize années au sein du groupe Canal+. L’animateur y ressuscite des stars du passé (Jean Gabin, Dalida), le temps d’un entretien : « J’avais interviewé tout le monde. Il me restait l’autre monde », s’est-il félicité.

« Humour et audace »

De même, alors que « Les Temps changent », sur France 2, cette nouvelle émission présentée par Faustine Bollaert (« Ça commence aujourd’hui ») reprend le principe de « Ça se discute », porté à l’antenne au mitan des années 1990 par Jean-Luc Delarue. Quant au « Grand échiquier », inauguré en 1972 par Jacques Chancel, il revient pour une troisième saison le temps de quatre émissions sur France 2, désormais présentées par Claire Chazal.

« France Télévisions a une image de sérieux, et tant mieux. Mais pour cette rentrée, nous avons fait le pari d’une tonalité légère, où l’humour et l’audace ont toute leur place », s’est réjouie Delphine Ernotte, la patronne du groupe audiovisuel public. Une ambition qui passe par la mise en place du télécrochet « The Artist », présenté par Nagui, destiné à faire émerger un auteur-compositeur-interprète, le renforcement de « C à vous », l’émission quotidienne présentée sur France 5 par Anne-Elisabeth Lemoine qui gagne une demi-heure (et s’apprête à inclure une mini-fiction d’humour), ou encore le retour de Léa Salamé auprès de Laurent Ruquier le samedi en deuxième partie de soirée sur France 2 (« On est en direct »).

Il vous reste 20.92% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page