Economie

mieux vaut ne pas oublier la taxe foncière dans ses calculs…

Meilleurtaux évalue la taxe foncière dans les vingt plus grandes villes françaises à 101 euros par mois en moyenne pour un logement de 70 m2.

Acheter un logement ne se résume pas à régler le prix de vente. Une fois propriétaire, il vous faudra notamment payer, en plus des mensualités du crédit, la taxe foncière. Et mieux vaut anticiper cette dépense dans son plan de financement avant la concrétisation du projet car son poids est parfois lourd.

Quel budget prévoir ? Le courtier Meilleurtaux estime, dans une étude récente, que cette taxe (à payer le 15 octobre dans le cas général, mais dont le paiement peut être mensualisé sur dix mois) représente en moyenne un coût de 101 euros par mois pour un logement de 70 m2 situé dans l’une des vingt plus grandes villes de France. MeilleurTaux précise avoir réalisé le calcul « avec les montants moyens de la taxe foncière en vigueur en 2020 pour un couple avec deux enfants ».

Lire aussi Acquisition d’un logement, attention aux frais cachés

Cette somme varie sensiblement en fonction de la localisation. Pour les villes les plus chères, Meilleurtaux a calculé une moyenne de 128 euros pour Montpellier, 125 euros pour Nîmes et Angers, 124 euros pour Le Havre et Bordeaux.

Montpellier-Paris, du simple au double

Ainsi, à Nîmes, il faut compter en moyenne 145 390 euros pour l’achat d’un logement de 70 m2, ce qui implique une mensualité de crédit de 675 euros pour un prêt sur 20 ans au taux de 1,10 %, selon les estimations du courtier. En incluant la taxe foncière, le coût mensuel sera de 800 euros par mois.

A Montpellier, un 70 m2 coûte 233 100 euros en moyenne. Avec une mensualité de crédit de 1 082 euros, le coût mensuel atteint 1 210 euros, taxe foncière comprise.

A Angers, le 70 m2 coûte 211 400 euros : il faut compter 982 euros de crédit par mois mais 1 107 euros avec la taxe foncière.

A Paris, Il faut débourser en moyenne 742 980 euros pour acheter 70 m2, ce qui aboutit à une mensualité de crédit de 3 450 euros. Le coût mensuel passe à 3 512 euros avec la taxe foncière, qui représente 62 euros par mois. La capitale enregistre le niveau de taxe foncière le plus bas des vingt villes étudiées.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Immobilier : est-ce le bon moment pour acheter un logement ?

« Dans une ville où la mensualité du crédit est importante, comme à Paris, la somme nécessaire pour s’acquitter de la taxe foncière est presque indolore. En revanche, dans une ville moyenne dans laquelle la mensualité est par exemple de 800 euros, un ajout de 100 euros par mois n’est pas négligeable et il faut le prendre en compte dans son budget dès le départ », martèle Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.

Avec Paris, Lille, Strasbourg et Lyon comptent parmi les villes où le poids mensuel de la taxe foncière ne dépasse pas 75 euros. Rennes, Marseille, Reims, Nice et Le Mans se situent, elles, entre 90 et 100 euros par mois.

En hausse

« Même si les acheteurs sont informés du niveau de la taxe foncière lors de leur acquisition, ils ne se rendent pas nécessairement compte de l’importance de la somme. Celle-ci annule d’ailleurs bien souvent un taux de crédit très intéressant », estime Mme Bernier. Dans une ville comme Nîmes ou Saint-Etienne, pour une surface de 70 m2, l’acquéreur qui emprunte sur 20 ans à 1,10 % hors assurance voit en fait son taux passer à 2,90 % si on intègre le coût de la taxe foncière, selon les calculs de Meilleurtaux.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Immobilier : l’investissement locatif est-il toujours rentable ?

« Si on souhaite devenir propriétaire, prendre en compte ces coûts dans le calcul du budget devient de plus en plus important car ils s’alourdissent », ajoute André Percheron, avocat fiscaliste chez TZA Avocats.

Dans son étude de 2020, Meilleurtaux estimait le coût mensuel moyen de la taxe foncière à 98 euros, et à 92 euros dans l’étude de 2018 (contre 101 euros en 2021). Même constat pour l’Union nationale pour la propriété immobilière (UNPI), qui faisait état, dans son observatoire annuel de la taxe foncière publié fin 2020, d’une progression moyenne de la taxe foncière payée de 12,1 % entre 2014 et 2019, soit trois fois plus que l’inflation.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page