Auto-Moto

l’arnaque au joint de culasse, c’est quoi ?

Malgré sa recrudescence, la supercherie reste encore trop méconnue pour que certains, en passe de vendre leur voiture, ne tombent pas dans le panneau.

Vous êtes sur le point de vendre votre voiture à un acheteur conquis. Mais soudain, catastrophe. Sans le moindre signe avant-coureur, lors d’un ultime essai, une épaisse fumée se dégage à l’échappement. Un coup d’œil sous le capot et une sorte de mayonnaise, issue d’un mélange d’huile et d’eau, s’est formée dans le vase d’expansion. En dépit de ces signes évidents de panne grave, le futur acquéreur se propose néanmoins de faire affaire, à condition de revoir le prix fortement à la baisse. Surpris, décontenancé, embarrassé, à deux doigts d’accepter, vous êtes en réalité la victime potentielle d’une arnaque “au joint de culasse.”

L’escroquerie n’a rien de très nouveau. Pourtant, elle fait encore trop de victimes à en croire de récents témoignages. Car le mode opératoire reste relativement simple. L’acheteur vient accompagné et fait en sorte, sous un prétexte souvent crédible (vérification de document, recherche d’un outil, entre autres exemples), d’éloigner, ne serait-ce qu’un court moment, le propriétaire de son véhicule.

Son complice, se proposant de garder un œil sur l’objet de la vente, resté ouvert de préférence, n’a plus qu’à injecter, à l’aide d’une seringue, un peu d’huile dans le vase d’expansion et/ou le radiateur et du liquide de refroidissement (ou plus sommairement de l’eau) dans l’échappement.

A la mise en route du moteur, les effets évoqués plus haut sont quasi immédiats. Les usurpateurs sautent sur l’occasion (sans mauvais jeu de mot) pour incriminer l’une des pièces les plus coûteuses à remplacer sur le moteur d’une voiture : le joint de culasse, celui qui assure l’étanchéité entre les circuits de refroidissement, de lubrification et la chambre de combustion.

Jouant sur la culpabilité des honnêtes gens, ces imposteurs se proposent de les “débarrasser” de cette épine dans le pied, parfois avec insistance, et de conclure la transaction en liquide et à un prix cassé. Participant au réalisme de la manigance, le véhicule repart le plus souvent sur plateau ou est soi-disant déplacé vers le réparateur le plus proche.

Quelques connaissances en mécanique peuvent toutefois suffire à déjouer le piège. Il est très peu probable qu’une telle avarie intervienne soudainement, sans la moindre surchauffe moteur au préalable. Encore moins si le véhicule est entretenu régulièrement.

Mais certaines précautions sont encore plus efficaces. Comme ne jamais quitter son véhicule des yeux sans qu’une personne de confiance ne demeure à proximité. Et ne pas accepter plus de 1 000 € en espèces, seuil maximum légal d’un paiement entre particuliers en France.

Plus d’occasion sur auto-moto.com :

Renault Zoe occasion : notre avis, à partir de 5 000 Euros

Tesla Model S occasion : notre avis, à partir de 36 000 Euros

Porsche 911 occasion : à partir de 22 000 euros


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page