Sports

Griezmann est désespérant…

La nouvelle contre-performance d’Antoine Griezmann avec le FC Barcelone, samedi, face à l’Athletic Bilbao a été fraîchement accueillie par la presse catalane.

Un point, c’est tout. Bousculé par l’Athletic Bilbao, le Barça a dû se contenter d’un match nul (1-1), samedi, à l’occasion de la 2e journée de Liga. Une contre-performance qui a déjà mis en lumière certaines lacunes de la formation catalane, notamment au milieu de terrain où les troupes de Ronald Koeman n’ont pas su répondre au défi physique imposé par les Basques ou en défense, où Eric Garcia et Gerard Piqué ont été pris de vitesse à plusieurs reprises.

Mais l’attaque n’a pas été plus performante. Si Memphis Depay, qui semble déjà faire l’unanimité, a multiplié les coups d’éclat, ses acolytes ont été bien plus à la peine. C’est notamment le cas de Martin Braithwaite, qui avait ouvert la saison avec un doublé, mais s’est cette fois montré maladroit, manquant une occasion en or en tout début de match, mais également d’Antoine Griezmann, aligné dans le couloir droit de l’attaque barcelonaise. En atteste sa feuille de stats avec aucun dribble réussi, aucune passe clé délivrée et pas moins de sept pertes de balle. Une prestation catastrophique qui lui a valu une nouvelle salve de critiques de l’autre côté des Pyrénées.

Editorialiste dans les colonnes de Sport, Joan Maria Batlle n’a pas été le moins virulent. « Dans les moments difficiles, les cracks, les leaders, doivent apparaître. C’est ce que Messi a presque toujours fait. C’est ce que Griezmann devrait désormais faire », a-t-il ainsi écrit, ajoutant que « le Français n’a plus d’excuse. » « Sans Messi, il n’a personne pour l’éclipser dans sa zone d’influence », a-t-il renchéri. Mais à en croire le journaliste catalan, Antoine Griezmann ne montre pas l’envie d’être le nouveau leader du Barça, semblant même se cacher. « Il n’est pas le crack qu’on pourrait exiger et encore moins le supercrack qu’il est si l’on s’en réfère à son salaire », a-t-il encore renchéri, affirmant qu’après deux ans à attendre le Griezmann de l’Atletico, le Barça n’avait plus de temps à perdre. « Son rôle doit être immédiat », a-t-il asséné, concluant : « On attend toujours. Pire, on désespère. »    

Lire aussi : Griezmann, ça devient dramatique


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page