Technologie

comment bien choisir un ordinateur ultraportable pour la rentrée

La rentrée est proche et vous devez vous équiper en ordinateur portable. Mais vous recherchez surtout un modèle compact et léger, que vous pouvez emporter facilement avec vous. C’est le cas des ultraportables, des machines fines, très design, souvent capables de tenir toute une journée sur batterie, et assez puissantes pour exécuter toutes les applications courantes.

Destinés aux utilisateurs nomades, ces ordinateurs – parfois appelés ultrabooks, pour les plus légers – ne sont plus réservés aux plus fortunés. Si Apple, qui a largement contribué à populariser ce type d’ordinateurs avec ses MacBook Pro et MacBook Air, pratique toujours des tarifs assez élitistes, le monde PC regorge désormais d’ultraportables à presque tous les prix : de 500 à 2500 euros, selon les constructeurs et les versions.  

Mais tous les appareils ne se valent pas, qu’il s’agisse du design, des performances ou de l’autonomie. Voici nos critères pour vous aider à bien choisir votre ultraportable.

L’ultraportable type : un boîtier 13,3 pouces de 1,3 kg

Les pros du marketing, chez les fabricants comme dans la grande distribution, distinguent les « ultraportables » et les « ultrabooks ». La différence entre les deux, c’est l’épaisseur, et surtout le poids, des machines.

Dans le jargon des marchands, en gros, un ultraportable est un PC de moins de 2 kilos et équipé d’un écran de 15 pouces au maximum. Un ultrabook, c’est une machine encore plus fine et légère : de 1,5 kilo maximum, pas plus de 14 pouces pour l’écran. 

Huawei-MateBook-13-finesse.jpg

Intel, qui est à l’origine de l’appellation « ultrabook », ajoute un critère de finesse : ce type d’ultraportable ne doit pas dépasser 18 millimètres d’épaisseur pour le boîtier pour un modèle 13,3 pouces ou 21 millimètres pour les modèles de 14 pouces. 

Un peu compliqué et artificiel, tout ça ! Nous allons donc simplifier les choses. Ce que nous, à 01net.com, appelons un ultraportable, c’est un boîtier de moins de 1,5 kilo, équipé d’un écran de 12 à 15 pouces. Le modèle emblématique, dont le design sert toujours de référence à toute l’industrie, c’est le MacBook Air 13,3 pouces d’Apple. Ce boîtier tout en aluminium ne pèse que 1,29 kg pour seulement 1,61 cm d’épaisseur.

Apple-MacBook-Air-2018-3-4-dos.jpg

Dans la course à la finesse et à la légèreté, Apple est désormais rattrapé, et même parfois dépassé, par les bonnes machines du monde PC, notamment celles de Dell (gamme XPS 13), Asus (gamme ZenBook ou VivoBook) ou Microsoft (gamme Surface).

Plus récemment, les constructeurs chinois sont entrés en lice avec d’excellents clones du MacBook Air, comme les MateBook de Huawei ou les MagicBook de Honor. Mais soyons honnêtes, Apple tient toujours la corde pour le design et la qualité de finition. Pour l’instant !

Dans notre comparatif en ligne d’ultraportables, plusieurs modèles descendent largement sous la barre des 1400 grammes, comme le XPS 13 de Dell (1,2 Kg) ou le Surface Laptop 4 de Microsoft (1,3 kg).

Toutes ces machines affichent des dimensions, hors épaisseur, à peu près équivalentes à celles d’une page A4 (21 x 29,7 cm). Elles se glissent sans problème dans un sac à dos, une petite sacoche…voire un sac à main. 

L’écran idéal ? Un 13,3 pouces Full HD, au format 3:2

La grande majorité des ultraportables récents sont équipés d’écrans 13,3 pouces, soit une diagonale de 33,7 centimètres. Ce type de dalle offre un bon compromis entre compacité et confort de travail. Il existe bien des ultraportables encore plus petits, équipés d’écrans 12 pouces (30,4 cm) ou 10 pouces (25,4 cm), dont le poids est souvent inférieur au kilo… mais il faut une certaine motivation pour travailler longtemps sur des écrans – et des claviers – aussi étriqués !

A l’inverse, si vous acceptez un petit surcroît d’encombrement, vous pouvez opter pour un ultraportable 14 pouces (35,5 cm) comme le VivoBook S14 d’Asus ou le Swift 5 d’Acer.

bp.jpg

Des écrans Full HD dès 500 €, 4K sur le haut de gamme 

Tous les écrans des ultraportables récents, à partir de 500 euros, affichent au minimum en Full HD (1920 par 1080 pixels), une définition qui convient bien aux applications bureautiques ou ludiques courantes. Le top pour travailler, selon nous, c’est une dalle au format 3:2, comme celle du MateBook X de Huawei. Un peu plus « carrés » que les dalles panoramiques en 16:9, les écrans 3:2 sont notamment excellents pour l’affichage des pages Web.

Dans le haut de gamme, à partir de 1300 euros, certains constructeurs proposent des dalles en très haute définition : 2560 x 1600 pixels pour le MacBook Pro 13 pouces d’Apple et sa fabuleuse dalle Retina, 2256 x 1504 pixels sur le Surface Laptop 4 de Microsoft. Dell propose même une option d’écran 4K (3840 x 2160 pixels) pour son excellent XPS 13, l’un de nos ultraportables préférés.

Faut-il craquer pour ces beaux écrans en très haute-définition ? Pas forcément ! Un écran en très haute-définition sur un ultraportable, ça coûte (très) cher et ça consomme plus d’énergie qu’une simple dalle Full-HD – ce qui réduit le temps de fonctionnement sur batterie. Et ce n’est pas toujours un gage de confort visuel. Une grande densité de pixels est très flatteuse pour les vidéos ou les images en très haute-définition… mais ne change pas radicalement le confort de travail sous Word ou Excel. Vous pouvez voir la comparaison entre un écran 4K et un écran Full-HD dans notre article sur les deux versions du Dell XPS 13 2-en-1.

Ecran tactile, utile ou pas ? 

Comme les écrans en très haute-définition, les dalles tactiles qui équipent certains ultraportables ont leur bons et leurs mauvais côtés. Ce type d’écran est assez génial pour zoomer sur une image ou agrandir une carte dans Google Maps. Pour les tâches bureautiques lambda, en revanche, l’intérêt d’un écran tactile est assez limité.

A savoir aussi, les dalles tactiles, revêtues d’une couche de protection très brillante, deviennent de vrais miroirs sous certains éclairages. Et il faut souvent nettoyer la dalle pour effacer les traces de doigt !   

Microsoft---Surface-Pro-spar.jpg

La dalle tactile se révèle en revanche vraiment utile et agréable sur des appareils hybrides comme la Surface Pro 7 de Microsoft, une tablette tactile sous Windows 10 qui se transforme en PC portable grâce à un clavier amovible. Un appareil coûteux, mais idéal pour les artistes, qui peuvent dessiner ou peindre directement sur l’écran, du bout des doigts ou au stylet.

Affichage : pas de gros jeu 3D en vue ! 

Ne cherchez pas d’ultraportable capable de faire tourner les gros jeux 3D, ça n’existe pas (encore). Sur la quasi-totalité des portables ultralégers, l’affichage est confié au circuit vidéo intégré au processeur Intel (Intel Xe, pour les puces Core de 11ème génération). Ce circuit est largement suffisant pour l’affichage des applis et des vidéos, éventuellement pour un petit Tetris de temps en temps…mais pas pour FIFA 21 ou Battlefield V !

Quelle configuration pour quel usage ?

Processeur : choisir la puissance en fonction de ses besoins

S’ils se ressemblent parfois beaucoup, les ultraportables ne se valent pas sur l’équipement et le niveau de performances. Ce qui fait la différence, c’est d’abord la puissance du processeur. Dans le monde des machines Windows, les processeurs Intel dominent, mais AMD prend de plus en plus d’importance. En revanche, les processeurs de type ARM son encore très anecdotiques.

Du côté d’Intel, vous avez principalement le choix entre les Core i3, Core i5 ou Core i7 d’Intel, respectivement destinées aux machines d’entrée, de milieu et de haut de gamme. Pour des travaux bureautiques de base – surf sur le Web, édition de textes ou de tableaux, messagerie, affichage de photos… – un processeur Intel Core i3 est bien suffisant. Pour des tâches plus exigeantes comme la retouche photo ou vidéo, l’édition 3D ou le multitâche intensif, préférez une machine basée sur un Core i5 ou Core i7, qui sera beaucoup plus rapide et plus réactive pour les tâches lourdes ou le multitâche intensif.

Avec sa nouvelle gamme Ryzen Série 5000, intégrant un GPU Radeon Graphics, AMD propose une déclinaison similaire : Ryzen 3, Ryzen 5 et Ryzen 7. Le fabricant a même dans son catalogue un Ryzen 9 surpuissant, destiné particulièrement aux machines de joueurs nomades, mais peu adapté aux ultraportables.

Mais la surprise vient d’Apple, qui a décidé d’abandonner Intel pour ses nouveaux MacBook Pro et MacBook Air, en les équipant de son propre SoC baptisé M1. Cette puce se distingue en intégrant sur le même circuit des CPU, des GPU et même de la mémoire vive. 

Mémoire :  visez au moins 8 Go de DDR

Windows 10 exige un minimum de 4 Go de mémoire vive pour fonctionner correctement. C’est la quantité de mémoire vive que l’on trouve sur les machines autour de 500 euros, mais elle peut se révéler insuffisante si vous utilisez plusieurs logiciels simultanément. Si votre budget vous le permet, nous vous conseillons d’opter pour une ultraportable embarquant au moins 8 Go de mémoire vive, ce qui garantira une fluidité optimale pour tous types d’applications. 

Dell-XPS-13-(cnx38002)-ssd.jpg

Stockage : nous conseillons un minimum de 256 Go

Attention aussi à la capacité de stockage de la machine. Comme la majorité des PC portables classiques, tous les ultraportables récents intègrent des modules de stockage SSD, ultra-rapides, mais tous petits : seulement 128 Go en entrée de gamme, 256 Go pour la majorité des machines, 512 Go ou 1 To sur le très haut de gamme.

Le minimum vital pour une machine sous Windows 10, à notre avis, est de 256 Go. Rappelons qu’à lui seul, le système d’exploitation de Microsoft et ses mises à jour de base occupent déjà près de 30 Go, et peut désormais réserver un minimum de 7 Go supplémentaires.

Connectique : attention au jeu de prises ! 

Autre point faible des ultraportables, leur connectique est généralement bien moins riche que celle des PC portables ordinaires. C’est le mauvais côté de la miniaturisation des boîtiers: ils sont devenus tellement fins que certaines prises deviennent impossibles à caser !

C’est le cas de la prise réseau Ethernet, absente de la majorité des machines et compensée par les modules sans fil Wi-Fi et Bluetooth. La prise HDMI est aussi en voie de disparition, désormais remplacée par une sortie USB Type-C, voire Mini DisplayPort.

Dell-XPS-13-(cnx38002)-connect-d.jpg

Ce qui reste, c’est la sortie audio au format jack et les prises USB… mais leur nombre et leur type varie fortement d’une machine à l’autre. Pour gagner de la place et réduire l’épaisseur, certains constructeurs n’hésitent pas à supprimer purement et simplement les connecteurs USB Type-A (de format rectangulaire), pour aboutir à des machines dotées uniquement de prises USB Type-C polyvalentes (branchement de périphérique de stockage, d’écrans externes et de l’adaptateur secteur).

Huawei-MateBook-13-adapt.jpg

Pour brancher un « vieux » périphérique USB sur ce genre de portable, (disque dur externe, imprimante…), il faut utiliser un adaptateur comme celui que fournit Huawei avec son MateBook. Il convertit une prise USB-C en un jeu de connecteurs HDMI, VGA, USB type A et USB-C. Ce type d’adaptateur « universel » peut aussi être acheté séparément pour un prix allant de 20 à 80 euros, selon le jeu de prises proposé.

Autonomie : plus de 9 heures en moyenne

Si les ultraportables ne sont pas tous des champions de vitesse, ce sont en revanche de très bons marathoniens, avec des durées de fonctionnement sur batterie autrement plus longues que celles des portables classiques.

Evidemment, il faut prendre avec des pincettes les chiffres annoncés par les constructeurs, généralement très optimistes. Mais d’après nos mesures, les ultraportables récents sont effectivement capables de vous suivre pendant une grosse journée de travail ou un long voyage en train ou en avion.

Le graphique ci-dessous donne les mesures d’autonomie des 10 meilleurs ultraportables testés par notre labo en juillet 2021 (cliquer sur l’image pour l’agrandir). En moyenne, vous pouvez tabler sur un peu plus de 9 heures loin d’une prise électrique, quand un PC portable classique tient rarement plus de 6 heures.

autonomie.jpg

Si le grand champion est un coûteux MacBook Pro d’Apple (près de 17 heures !), même un modeste PC ultraportable comme le MagicBook 14 de Honor tient plus de 9 heures sur batterie. Notre ultraportable préféré, le XPS 13 de Dell, affiche aussi une excellente autonomie de près de 11 heures 30. Un score d’autant plus impressionnant que l’engin est aussi l’un des plus puissants ultraportables du marché ! 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page