Politiques

féminisme, décroissance et potager, les trois outsiders de la primaire tentent de se démarquer

Sandrine Rousseau, Delphine Batho et Jean-Marc Governatori se sont adressés aux militants lors des Journées d’été d’EELV, chacun à sa manière, et espèrent créer la surprise face aux deux grands favoris pour la primaire, Yannick Jadot et Éric Piolle.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Les 37es Journées d’été des écologistes touchent à leur fin à Poitiers. Dernier jour, samedi 21 août, qui peut encore permettre aux militants indécis de faire leur choix entre les cinq candidats à un mois de la primaire.

Les trois outsiders sont passés vendredi à la tribune. Avec sa chanson d’ouverture, Sandrine Rousseau donne le ton. L’ex numéro 2 d’Europe écologie-Les Verts joue la carte du féminisme : “Nous prenons, nous utilisons et nous jetons le corps des femmes les plus précaires dans la société. Je sais que vous êtes comme moi, résistant et résistante, alors je vous propose qu’on se lève et qu’on ose, et qu’on y aille”, scande-t-elle sous les applaudissements du public, avant de terminer par un bain de foule.

On est loin de l’ambiance plus posée qui règne autour de l’autre candidate, Delphine Batho, qui propose un changement de société radical et clivant : “Il faut franchir le rubicon de la décroissance. Les faits l’imposent parce que c’est le seul chemin qui permet de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et de se fixer pour objectif le respect des limites planétaires”, assure l’ancienne ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Energie.

“Moi président, oui c’est possible, la France sera un immense potager.”

Jean-Marc Governatori

aux Journées d’été des écologistes

Quant à l’entrepeneur Jean-Marc Governatori, il se présente comme un jusqueboutiste, après son maintien dans la primaire par voie de justice, et cultive un profil atypique. Il affirme que “Les projets de société échouent partout dans le monde parce qu’ils font l’impasse sur le verre de terre, ils font l’impasse sur la poule et sur le potager.” 

Son passage sur scène est ponctué de longs silences et boycotté par la plupart des militants écologistes, qui dénoncent ses propos ambigus autour du vaccin.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page