Economie

Dans la gestion d’actifs, la consolidation s’accélère

A la Bourse de New York, en décembre 2016.

Loin de la plage, les grandes manœuvres se poursuivent dans l’industrie de la gestion d’actifs. Goldman Sachs a annoncé, jeudi 19 août, la signature d’un accord avec l’assureur néerlandais NN Group en vue d’acquérir sa filiale de gestion NN Investment Partners pour « environ 1,6 milliard d’euros ». La firme de La Haye emploie 900 personnes et supervise 355 milliards de dollars (304 milliards d’euros) d’actifs. Grâce à cette opération, Goldman Sachs, qui gère 2 300 milliards de dollars, fait plus que doubler la taille de ses portefeuilles en Europe, qui totaliseront 600 milliards de dollars.

Surtout, la banque de Wall Street renforce son expertise dans le domaine de l’investissement responsable, fondé sur la prise en compte des fameux critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) sur lesquels l’Europe garde une longueur d’avance par rapport aux Etats-Unis. « NN Investment Partners est l’un des gestionnaires les mieux placés en Europe sur l’ESG et 75 % des ses actifs sous gestion font l’objet d’une analyse ESG », insiste Goldman Sachs dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La finance durable en quête d’un baromètre fiable

L’idée de soumettre les placements financiers au filtre de critères éthiques vient à l’origine de congrégations religieuses, mais cette approche a ensuite été développée par des sociétés de gestion européennes, en particulier aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves. En 2018, la Commission européenne a publié une feuille de route pour mettre la finance au service de sa politique environnementale et sociale. Conséquence : les acteurs européens gèrent bien plus de fonds durables que leurs concurrents aux Etats-Unis, pourtant de loin le premier marché de l’épargne mondiale.

Forte pression sur les marges

Ces fonds durables, qui constituaient un marché de niche il y a encore trois ans, ont crû « de manière stratosphérique », jusqu’à atteindre 2 300 milliards de dollars à fin juin 2021, selon Morningstar, société spécialisée dans l’analyse des fonds de placement. Même la finance conventionnelle intègre de plus en plus une vision ESG dans son processus de sélection de valeurs. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’accélérer cette tendance, de même que l’arrivée en janvier à la Maison-Blanche du démocrate Joe Biden, dont l’une des premières décisions a été de signer le retour des Etats-Unis dans l’accord de Paris sur le climat.

« L’investissement responsable continue à être une priorité pour les gestionnaires d’actifs, d’autant que les investisseurs deviennent de plus en plus intéressés par les enjeux environnementaux, sociaux et liés à la gouvernance et qu’en outre l’administration Biden met l’accent sur l’investissement durable », soulignent les experts du cabinet PwC, dans une étude parue en juin 2021.

Il vous reste 32.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page