Technologie

Fitbit Luxe : le test complet

Fitbit annonce clairement la couleur avec son bracelet Fibit Luxe. Rien que le nom, on aura compris que son positionnement ne se situe pas en entrée de gamme. Il serait «à la pointe de la mode», un vrai «bijou», avance la marque. Il est vrai que ce modèle présente un design particulièrement réussi. Ses lignes sont épurées. Son écran est étroit (18 mm) et fin (10 mm d’épaisseur), son poids léger (25 grammes). La dalle Amoled est lumineuse, bien contrastée et elle affiche des informations en couleurs. 

Le Fitbit Luxe est particulièrement adapté aux petits poignets.

Le bracelet de base est en silicone mais de finition extrêmement lisse comme celui de l’Apple Watch. Et les bracelets en option sont du niveau d’une montre horlogère : maille en acier inoxydable, maillons Parker gorjana, tissage, cuir. Comptez entre 35 et 100 euros supplémentaires tout de même. Vous l’aurez compris, Fibtit cible principalement un public féminin en se présentant son bracelet comme un accessoire de mode. 
 

Le design n’est pas seulement un argument marketing. C’est la première fois que nous avons porté un bracelet connecté s’ajustant parfaitement à notre petit poignet. L’intérêt ne se situe pas seulement au niveau du confort et de l’esthétique. Cela garantit aussi, en théorie, une meilleure fiabilité des données recueillies par les capteurs. 

Les lignes du Fitbit Luxe sont d'une exceptionnelle finesse.

Le Fitbit Luxe est vendu au prix de 150 euros. A ce tarif, on attend un minimum de performances. Et c’est là qu’il nous a déçu. Il se vante d’être un bracelet à la fois bien-être et sport. Bien-être oui, sport beaucoup moins. 

 

Commençons par ce qui fâche le plus : l’absence de GPS. Pour rappel, le Fitbit Charge 4 en possède un pour 20 euros de moins. Et il est facile de trouver sur le marché des dispositifs encore moins chers qui en sont dotés. Or, cela manque cruellement au Fitbit Luxe. Impossible d’être localisé en temps réel ou de connaître son parcours, les dénivelés ou les distances lors d’une activité en extérieur. On se retrouve condamné à emporter avec soi son smartphone pour y pallier. Pas vraiment pratique quand on fait du sport. Le corollaire bénéfique de cette absence de GPS, c’est l’autonomie qui est excellente. Fitbit avance 5 jours d’utilisation sans recharger. Nous avons presque tenus la semaine.

Le système de recharge est propriétaire comme pour tous les bracelets Fitbit.

Deuxième point noir : les informations  affichées. Car s’il est esthétique, ce petit cadran tout en longueur ne peut afficher beaucoup d’éléments à la fois. Sur l’écran d’accueil, vous pouvez tout au plus voir l’heure et un autre indicateur à déterminer librement comme le nombre de pas ou la fréquence cardiaque. Il faut faire défiler l’écran de bas en haut pour accéder à davantage de données. Pour le reste, on navigue de droite à gauche pour faire défiler les différentes fonctionnalités et de haut en bas pour les paramètres.

 

Lors d’un entraînement, c’est un casse-tête. Si vous lancez une session de course à pied, par exemple, l’écran d’accueil de l’activité se contente de signaler la distance et votre allure. Il faut presser une toute petite flèche pour connaître la durée, l’allure moyenne, les minutes en zone active et la fréquence cardiaque, le nombre de pas, les calories dépensées ou l’heure qu’il est. Le tout écrit en lettres serrées. Dans la pratique, avec des doigts transpirants, parfois en plein soleil, et sans s’arrêter de courir, c’est très difficile pour y arriver et lire les résultats. 

 

Concernant le capteur cardiaque, nous avons comparé ses résultats avec ceux d’une ceinture cardiaque. Au repos ou lors d’une activité modérée et constante, aucun problème. Les données se révèlent même très proches de la ceinture réputée beaucoup plus fiable à cause de sa proximité avec le cœur. Mais les choses se gâtent -comme sur beaucoup de bracelets connectés- dès lors que l’effort s’intensifie ou que l’on fait du fractionné. L’écran accuse un temps de retard et se montre parfois très erratique pour afficher au bon moment les variations, sous-estimant même nos pics. Des approximations que l’on ne retrouve pas sur l’application une fois la séance enregistrée. Mais cela reste problématique si l’on veut baser son entraînement sur des zones de fréquence cardiaque. 

Le Fitbit Luxe se présente comme un bijou.

Au niveau de l’application Fitbit, on regrettera que l’accès d’une partie des fonctionnalités soit conditionné à un abonnement dit Premium. Certes, il est gratuit les 90 premiers jours. Mais son tarif par la suite est élevé : 8,99 euros par mois ou 79,99 euros par an. Et sa palette reste limitée puisqu’il se contente d’analyser plus finement votre sommeil et vos activités. Nous avons fait l’impasse sur « les jeux amusants et les nouveaux défis ». Pour résumer, seul le rapport Bien-être a retenu notre attention. Il résume votre fréquence cardiaque, le nombre de pas quotidiens réalisés en moyenne ou la durée moyenne du sommeil sur 30 jours. Avec un focus pour chacun des paramètres, alimenté par des graphiques et des tableaux.

Le sommaire du rapport disponible avec l'option payante Premium.

Pour le reste, l’application fournit les informations habituelles : nombre de pas, nombre de calories dépensées, distances parcourues, minutes en zone actives, fréquence cardiaque. On peut si l’on veut y rentrer ses objectifs de kilos à perdre ou ces cycles de menstruation. La section « Indicateurs de santé » est bienvenue avec la fréquence respiratoire, la variabilité de la fréquence cardiaque la fréquence cardiaque au repos. 

L'application Fitbit.

Nous avons voulu savoir si l’application saurait reconnaître nos activités, même si nous ne lancions pas d’activité depuis la montre. Cela fonctionne relativement bien tant qu’il s’agit de marcher et de courir. Mais le logiciel a cru que nous faisions du vélo elliptique à chaque fois que nous avons pris le métro (probablement lorsque nous montions et descendions les escaliers) !

Reste le volet méditation, que nous avons trouvé plutôt gadget. On peut suivre des séances audio de pleine conscience pour apprendre les bases de la méditation à la façon de l’application Petit bambou, mais tout est en anglais. Il est aussi possible, directement sur le bracelet, de lancer une séance Relax. Elle consiste à suivre un cercle qui se gonfle et dégonfle, le tout accompagné de vibrations pour ceux qui ne voudraient pas se retrouver avec une crampe au bras. C’est un classique que l’on retrouve sur d’autres montres et cela peut aider certains profils à se détendre.

Le verdict du test

Fitbit Luxe

Le Fitbit Luxe est une réussite incontestable au niveau du design. La marque a véritablement trouvé un modèle beau et confortable à décliner pour les petits poignets. Mais son prix de près de 150 euros est trop élevé pour un bracelet sans GPS par rapport au reste du marché. Il pourra convenir à celles et ceux qui se soucient de leur bien-être quotidien ou qui veulent se remettre en forme. Nous le déconseillons, en revanche, pour le suivi des activités sportives.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page