Economie

Cet automne, Bercy espère parler relance plutôt que pandémie

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, le 19 juillet au palais de l’Elysée.

Officiellement, Bruno Le Maire rejoindra ses bureaux de Bercy le 23 août. Jeudi 19, il devait toutefois se rendre à Bayonne et à Biarritz, à quelques encâblures de sa maison de vacances du Pays basque, pour visiter une PME industrielle et rencontrer les acteurs économiques locaux. « C’est un déplacement pour évoquer la relance, pas axé sur les hôtels-restaurants », précise le cabinet du ministre de l’économie, avant de rappeler que les discussions avec les organisations professionnelles afin d’évaluer les difficultés liées au passe sanitaire sont, elles, prévues le 30 août.

Se projeter dans « l’après », alors même que l’ombre de l’épidémie plane déjà sur la rentrée et les mois à venir : à Bercy comme à l’Elysée, on tente d’évoquer de nouveau le temps long. Une gageure, tant cette crise a souvent condamné l’exécutif à une gestion au jour le jour des problématiques économiques du pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Présidentielle 2022 : le risque d’une campagne empêtrée dans la crise sanitaire

Lors de son allocution télévisée du 12 juillet, Emmanuel Macron avait appelé à « un été de la relance », évoquant un second plan d’investissement censé permettre de « bâtir la France de 2030 ». Ce faisant, il reprenait presque mot pour mot le vocabulaire utilisé il y a un an, fin août 2020, pour lancer en grande pompe le plan de relance de 100 milliards d’euros devant doper l’économie post-Covid. Entre-temps, les deuxième et troisième vagues de la pandémie et les reconfinements successifs ont remis sous cloche une partie des entreprises et des commerces et rendu le projet largement inaudible politiquement.

Un certain attentisme

Qu’en sera-t-il cette fois-ci ? En juin, le chef de l’Etat faisait tout pour mettre sur les rails les grands chantiers de sa dernière année de quinquennat, au premier rang desquels les réformes économiques et sociales. Aujourd’hui, un certain attentisme règne. « Pour le moment, les choses ne sont pas tranchées », indique l’entourage du ministre de l’économie, à propos du fameux plan d’investissement de 20 à 30 milliards d’euros, qui vise cette fois à renforcer plusieurs filières industrielles tricolores (semi-conducteurs, batteries, biotechs, hydrogène…).

Ses contours seront dévoilés « en septembre », fait savoir Bercy. « Cet automne », indique l’entourage du chef de l’Etat. « S’il y a de l’argent à mettre, ce sera sur 2022, donc la date butoir, c’est le projet de loi de finances 2022 [présenté fin septembre] », précise-t-on à Bercy. Bruno Le Maire, qui a remis fin juillet une note sur le sujet au président, a également échangé à plusieurs reprises par téléphone avec lui durant l’été. Mais, admet un proche du locataire de Bercy, « vu le contexte sanitaire, le président a d’autres priorités pour le moment, il prend les choses dans l’ordre ».

Il vous reste 48.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page