Economie

Hachette Livre va acquérir l’éditeur américain Workman Publishing

Faute de grives, Lagardère va manger des merles outre-Atlantique. Le groupe français rêvait d’acquérir Simon & Schuster, la prestigieuse maison fondée en 1924 qui a publié Ernest Hemingway ou Francis Scott Fitzgerald et édite aujourd’hui Hillary Clinton, John Irving, Bob Woodward, Stephen King ou encore Don DeLillo. Cet acteur majeur aux Etats-Unis lui a été soufflé en novembre 2020 pour 2,175 milliards de dollars (1,84 milliard d’euros) par Penguin Random House, filiale du groupe Bertelsmann.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Hachette Livre, la pépite du royaume Lagardère

En pleine torpeur estivale, Hachette Book Group, la filiale américaine d’Hachette Livre a annoncé lundi 16 août l’acquisition prochaine de l’éditeur américain Workman Publishing, spécialiste des ouvrages jeunesse et vie pratique, pour 240 millions de dollars. Un petit lot de consolation. Cette maison d’édition indépendante installée à New York a été fondée en 1968 par un joueur de poker invétéré, amateur de voyages et diplômé de Yale, Peter Workman. Il s’est lancé dans l’aventure grâce à un manuel d’exercices de yoga, dont le succès n’est toujours pas démenti. Peter Workman et sa femme Carolan se sont diversifiés et imposés dans les ouvrages destinés à la jeunesse et les livres de cuisine, de jardinage, de voyage et de développement personnel.

Parmi les titres-phares de la maison figurent les guides de la grossesse et de la petite enfance au succès mondial What to Expect, de Heidi Murkoff, ou encore le best-seller 1 000 Places to See Before You Die (« 1 000 endroits à visiter avant de mourir »), de Patricia Schultz. Des titres qui continuent de se vendre massivement et de façon récurrente, grâce à des éditions remises à jour au fil des années.

Tirer parti des « marques puissantes »

Workman commercialise également une collection de calendriers à succès, des livres d’humour, des livres-cadeaux et un peu de fiction. A la mort de Peter Workman en 2013, Carolan a repris le flambeau comme présidente exécutive et c’est elle qui cherchait à céder l’entreprise.

« Dans un contexte de forte consolidation du marché, cette opération permettra à Hachette Livre d’accroître significativement la présence d’Hachette Book Group aux Etats-Unis », mais aussi de « renforcer ses positions en jeunesse », précise le groupe Lagardère. L’éditeur français, troisième au niveau mondial, souhaite tirer parti de « la réputation de la maison d’édition [américaine] auprès de ses partenaires », et des « marques puissantes » qu’elle détient.

Il vous reste 42.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page