Auto-Moto

Ferrari n’est pas contre l’interdiction des moteurs thermiques

Si la marque ne possède encore aucun modèle électrique, Ferrari n’est pas opposé au bannissement du thermique dans le futur.

Cela fait pas mal de temps déjà qu’une véritable chasse au CO2 est lancée, notamment en Europe. Mais celle-ci s’est véritablement accélérée quelques mois plus tôt, alors que les grandes instances font désormais tout pour dissuader clients et constructeurs d’acheter et de produire des véhicules thermiques. Outre la nouvelle réglementation CAFE, qui sanctionne les marques dont les gammes émettent trop de CO2, les véhicules à combustion interne sont également menacés par les diverses restrictions de circulation, ainsi qu’un malus de plus en plus sévère en France. Autant dire que la situation est loin d’être idyllique, et que les marques ont tout intérêt à se concentrer sur l’électrification. Cette tendance devrait par ailleurs s’accélérer, alors que l’Union Européenne souhaite interdire la vente des véhicules essence et diesel d’ici à 2035, et que la norme euro 7 sera toujours plus sévère.

Si cette situation inquiète logiquement l’industrie automobile, il y a cependant une marque qui ne semble pas trop préoccupée. Et assez étonnement, il ne s’agit pas d’un constructeur électrique, ni même généraliste, mais bien de Ferrari. La firme italienne serait même enthousiasmée par cette décision, affirmant à qui veut l’entendre que « le règlement est le bienvenu ». Plutôt déroutant, quand on sait que la marque italienne ne propose pour l’instant aucun modèle électrique dans sa gamme, et que son image est plutôt associée aux grosses cylindrées et aux V12 atmosphériques. Selon le patron de la marque, John Elkann, l’interdiction des véhicules thermiques est une « opportunité offerte par l’électrification, l’électronique et d’autres technologies disponibles qui nous permettront de fabriquer des produits encore plus distincts et uniques ». Une déclaration qui ne devrait pas être remise en cause par le futur dirigeant, Benedetto Vigna, qui arrivera en septembre qui est quant à lui issu de la tech.

Discrète électrification

Si la firme de Maranello n’est pas vraiment un exemple en termes d’électrification, elle a cependant commencé à y travailler depuis quelques années déjà. D’abord avec sa LaFerrari, lancée en 2013, puis plus récemment avec la SF90 Stradale, forte de 1 000 chevaux issus de l’alliance d’un V8 4,0 litres et d’un moteur électrique. Il y a quelques mois, la gamme s’est également enrichie d’une nouvelle sportive hybride, la 296 GTB, embarquant de son côté un V6 électrifié et revendiquant une puissance dépassant les 800 chevaux. Plus tard, le catalogue s’enrichira du SUV Purosangue, qui devrait lui aussi s’équiper d’une motorisation hybride, mais pour l’heure, aucune trace de modèle 100 % électrique. Nul doute cependant que la marque est déjà en train d’y travailler en secret…

A lire également sur Auto-Moto.com :

Ferrari : ce que l’on sait déjà sur l’Hypercar des 24h du Mans

Nouvelle Ferrari 296 GTB 2021 : le cabriolet en approche

Ferrari 812 Competizione et Competizione A : toutes les infos et photos


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page