Santé

Des régimes à base de végétaux diminueraient les risques de maladies cardiovasculaires


En France, depuis 2001, les pouvoirs publics ont mis en œuvre un programme national nutrition santé (PNNS) comportant des recommandations en alimentation. Vous avez tous en tête le slogan « manger 5 fruits et légumes par jour » diffusé par Santé publique France. Récemment, deux études américaines incluant un grand nombre de personnes, sur plusieurs années, viennent de publier des résultats prometteurs sur les avantages des régimes axés sur les produits végétaux en matière de diminution des risques cardiovasculaires.

Avec plus de 140.000 décès chaque année, les maladies cardiovasculaires sont la deuxième cause de mortalité en France après les cancers, et les taux d’hospitalisation pour infarctus du myocarde sont en hausse pour les personnes de moins de 65 ans, en particulier dans la population féminine.

Une alimentation saine pour prévenir les maladies cardiovasculaires

Si de nombreux facteurs participent au risque de maladies cardiovasculaires, l’alimentation en relation directe avec le métabolisme est un axe de prévention largement développé. Limiter les graisses et le sucre, favoriser les fruits, les légumes, ainsi que les viandes blanches et le poisson permet d’éviter le « mauvais » cholestérol, l’hypertension et le diabète qui sont des facteurs déterminants du risque cardiovasculaire.

Plusieurs régimes sont reconnus pour leurs vertus au regard de la survenue de ces pathologies. Ils s’appuient tous sur des apports élevés en céréales complètes, noix, fruits, légumes et légumineuses et sur des apports réduits en viande rouge, en graisses saturées et en produits laitiers entiers.

Un de ces régimes dit « Portfolio », mis au point par une équipe de Toronto dans les années 2000, a démontré son efficacité dans la baisse du « mauvais » cholestérol. Ce régime basé sur les fibres végétales (fruits, légumes, céréales complètes) et les légumineuses (lentilles, pois chiches) a été élargi en intégrant le poisson et les viandes blanches.

Une cohorte, incluant plus de 123.000 femmes américaines ménopausées (de 50 à 79 ans), a été suivie pendant plusieurs années (1993-2017) dans le cadre de la Women’s Health Initiative. Les chercheurs voulaient savoir si les participantes appliquant le régime Portfolio, afin de réduire leur taux de cholestérol, développaient moins de problèmes cardiovasculaires à long terme. Les résultats sont encourageants puisqu’ils montrent une diminution de 11 % du risque de maladie cardiovasculaire totale, de 14 % des maladies coronariennes et de 17 % du risque d’insuffisance cardiaque chez les femmes adhérant au régime Portfolio.

Cette étude, dont les points forts résident dans la taille de l’échantillon et dans la durée du suivi, suggère les avantages à long terme du régime Portfolio dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Des preuves de causalité, plus directes sont attendues dans le cadre d’essais randomisés actuellement en cours.

Une étude prospective sur près de 5.000 jeunes adultes pendant 32 ans

Dans le cadre de l’étude Cardia (Coronary Artery Risk Development in Young Adults) développée par quatre centres universitaires américains depuis 1983, des chercheurs ont suivi pendant 32 ans une cohorte de 4.946 jeunes adultes (18 à 30 ans à l’année 0) ne présentant pas de maladies cardiovasculaires. Leur régime alimentaire au cours de ces années a été évalué selon le score APDQS (A Priori Diet Quality Score) qui classe les aliments en groupe favorable ou non pour la santé cardiovasculaire. Ce régime s’appuie sur une alimentation principalement axée sur les végétaux sans pour autant supprimer les produits d’origine animale (volaille et poisson non frit). Les résultats du suivi de ces personnes viennent d’être publiés dans le Journal of America Heart Association. Ils montrent une diminution de 52 % des risques cardiovasculaires chez les participants dont le régime alimentaire était en adéquation avec un score ADPQS élevé.

Ce constat, qui soutient les recommandations de santé publique, confirme que sur le long terme et dès le début de l’âge adulte la consommation d’un régime alimentaire axé sur des végétaux est associée à un risque plus faible de maladies cardiovasculaires à l’âge moyen. Il semble, de plus, que l’exclusion totale des aliments d’origine animale de l’alimentation ne soit pas nécessaire.

Selon les auteurs, ce type de régime, parce que moins strict qu’un régime purement végétarien, offre des options plus flexibles pouvant permettre à la population générale d’atteindre et de maintenir un mode d’alimentation sain au quotidien sur de longues périodes de vie.

Découvrez Fil de Science ! Chaque vendredi, dès 18h30, suivez le résumé des actualités scientifiques de la semaine, décryptées pour vous par les journalistes de Futura.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page