People

Disparition de Delphine Jubillar : la thèse de l’accident de voiture relancée


Cédric Jubillar serait-il soupçonné à tort depuis des mois et incarcéré en détention provisoire alors qu’il est innocent ? Selon l’un de ses avocats, Me Jean-Baptiste Alary, l’époux de Delphine Jubillar – disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 – est accusé de meurtre alors que d’autres pistes suspectes mériteraient d’être approfondies. L’une d’entre elles serait la thèse d’un accident de voiture avec survenu à Cagnac-les-Mines, lieu où vivait l’infirmière de 33 ans. En cause, une “308 GTI noire qui passe à une telle vitesse devant la pharmacie qu’on n’arrive pas à identifier son immatriculation“. Auprès d’Actu Toulouse, il s’étonne : “Serait-ce si hallucinant, par exemple, d’imaginer un automobiliste qui ait paniqué après un accident ? Quelqu’un qui aurait roulé trop vite, l’aurait percutée et tuée, avant de la faire disparaître, et de passer devant la pharmacie ?

Autre piste, celle de la mauvaise rencontre et de rôdeurs qui auraient enlevé et tué Delphine. Il s’appuie notamment sur les témoignages d”hommes qui, à 30 minutes d’écart” ont vu “une voiture avec les phares et le plafonnier allumés, dans un chemin de terre, en pleine forêt“. L’un d’entre eux aurait également “vu un homme sortir de la forêt, partir précipitamment et monter dans une voiture“. “Là encore, on n’a rien cherché” déplore-t-il.

Dernière piste non négligeable, un homme habitant à Albi avait récemment avoué le meurtre de Delphine à sa compagne. Celui-ci aurait écrit des textos à sa femme le 25 décembre 2020, soit un peu moins de dix jours après la disparition de Delphine, où il indiquait : “J’ai bien tué Delphine. Elle ne voulait pas quitter son mari et ses enfants. Je l’ai frappée et enterrée dans le travers. (…) J’ai tué une femme, elle travaillait de nuit. Elle n’a pas voulu quitter son mari pour moi. Je ne suis pas fier, je vais mettre des fleurs sur son corps et basta.” Là encore, l’homme a rapidement été lavé de tout soupçons.

Actuellement incarcéré provisoirement à la maison d’arrêt de Seysses, et mis en examen pour “meurtre sur conjoint” le plaquiste de 33 ans ne cesse de clamer son innocence. Il peut compter sur le soutien de sa nouvelle compagne Séverine qui s’est récemment confiée lors d’une interview avec Femme Actuelle.

Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page