Santé

Les siestes ne servent (presque) à rien


Privés de sommeil, pouvons-nous récupérer nos capacités cognitives par une courte sieste ? Non, répondent des chercheurs, dont les résultats sont publiés dans Sleep. Pour le savoir, ils ont recruté 280 personnes et les ont réparties en trois groupes : le premier dormait, le second faisait une nuit blanche, et le troisième bénéficiait d’une sieste dans la nuit, bien évidemment sur des lits. « Nous avons constaté que de courtes siestes de 30 ou 60 minutes ne montraient aucun effet mesurable » sur leurs performances dans divers exercices, détaille Kimberley Fenn, l’une des autrices.

À un détail près. Bien que les personnes n’ayant dormi que 30 ou 60 minutes souffraient de la privation de sommeil, et faisaient donc davantage d’erreurs durant les exercices que leurs homologues ayant bien dormi, les chercheurs ont observé un effet du sommeil à ondes lentes. « L’étape la plus importante du sommeil », rappelle Kimberley Fenn, puisqu’il s’agit de la plus profonde et de la plus réparatrice. « Chaque augmentation de 10 minutes [de ce sommeil] réduisait les erreurs d’environ 4 %. » Une légère amélioration, mais qui peut devenir très significative pour certaines personnes. À tout hasard, le personnel médical.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page