Technologie

De faux pass sanitaires se vendent comme des petits pains sur le Darknet

Comme les sondages successifs de Santé Publique France le montrent, l’adhésion à la vaccination augmente de mois en mois. Mais il y a aussi des réfractaires. Actuellement, 16 % des Français adultes ne comptent probablement ou certainement pas se faire vacciner contre la Covid-19, soit plus de 8 millions d’habitants. Et des réfractaires à la vaccination, il y en a dans tous les pays. C’est un marché potentiellement juteux pour les contrefacteurs qui sont désormais assez nombreux à proposer de faux certificats de vaccination sur le Darknet.

A découvrir aussi en vidéo :

Les chercheurs de Check Point ont écumé les places de marché en ligne et pu trouver des offres pour presque tous les pays, et en particulier européens : France, Italie, Suisse, Pays-Bas, Grèce, Allemagne, Royaume-Uni, etc.  Évidemment, le pass sanitaire européen et les faux tests PCR ne manquent pas non plus dans la liste des documents disponibles à l’achat. « Nos chercheurs constatent désormais une croissance exponentielle des volumes d’abonnés aux groupes et aux chaînes qui proposent des certifications COVID-19 », explique Check Point, qui a constaté un doublement du volume d’annonces depuis le début de l’année. Certains groupes de discussion peuvent désormais compter jusqu’à 450 000 personnes.

Les contrefacteurs soutiennent la cause antivax

Le prix d’un faux certificat est variable, mais démarre autour d’une centaine d’euros. Le client peut régler son achat par PayPal ou par cryptomonnaie. Livrés en quelques jours, les documents seraient « 100 % valides », car réalisés en partenariat avec des médecins. Dans leurs annonces, les contrefacteurs n’hésitent pas à employer un ton antivax. « Nous sommes là pour faire ce que l’on peut pour sauver le monde de ce vaccin-poison. Ne touchez pas au vaccin et restez en sécurité pendant que nous continuons ce combat », peut-on lire dans l’une des annonces trouvées par Check Point. Et pour donner de la crédibilité à leurs offres, ces messages sont accompagnés de photos de certificats vierges ou remplis.

Apparemment, dans ce type d’opération, le Darknet sert essentiellement d’espace publicitaire. Les personnes intéressées sont invitées à rentrer en contact avec le fournisseur par l’intermédiaire de messageries comme WhatsApp ou Telegram, voire par e-mail.

Source: Check Point


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page