Femme

Pourquoi aller en ce moment sur la côte d’Azur ?

A une heure d’avion de Paris, Nice est le point de départ d’une belle aventure le long du littoral et dans la région des Alpes maritimes. Les eaux bleu dur de la Méditerranée, les palmiers, le ciel bleu, le soleil. Qui dit Côte d’Azur (Costa d’Azur en occitan provençal) dit bien sûr yachts, palaces, clubbing, casinos, architecture Belle-Epoque, Art déco… Saint-Tropez, Cannes, Nice et Monaco. Mais ce serait ignorer l’autre Côte d’Azur, la tendre, la gourmande, avec sa cuisine à l’huile d’olive, la « pissaladière » aux anchois, la « bourride » de poissons blancs, le verre de vin blanc au coucher du soleil. Des joies simples et des paysages superbes immortalisés par les peintres ; Les oliviers de Cagnes-sur-mer de Jean Renoir. La plage d’Antibes de Claude Monet. Le Nice de Henri Matisse. Et bien sûr, Grasse vue par Jean-Honoré Fragonard. Sans oublier le charme de l’arrière pays, Biot, ses ruelles provençales, Vallauris et ses ateliers d’artistes, le jardin bohème et poétique de Mouans-Sartoux vers Grasse, la cité du parfum, enfin, Eze, village médiéval à fleur de falaise. Au printemps ou en arrière saison, la Côte d’Azur est une belle symphonie de couleurs et de senteurs fleuries. Et, bonus, on peut s’y baigner jusqu’à fin octobre.

Bord de mer, virée au large, de Nice à Cannes.

« Nissa la bella » est connue pour son carnaval et sa promenade des Anglais avec le Negresco, hôtel de luxe mythique. Le Vieux-Nice avec ses façades colorées et ses églises baroques est la meilleure manière de découvrir cette ville naguère italienne. Mais notre périple nous invite à rejoindre directement sa petite sœur, Cannes l’extravertie, Cannes la star, avec son festival, sa Croisette, ses villas et palaces de milliardaires. Michèle Caserta, guide (Cannes Greeters), aime rappeler que Cannes était à l’origine un petit village de pêcheurs « un lord écossais venu en 1863 pour soigner sa fille, a découvert les collines de mimosas, le climat agréable de Cannes. Ses riches amis sont venus et ont fait construire des manoirs derrière le Suquet (vieille ville) et sur la Californie, quartier résidentiel ». Quand il n’y a pas trop de monde (mai-juin ou septembre-octobre), la balade sur la Croisette est un enchantement. La Méditerranée bleu irisé, une invitation à la rêverie, à la flânerie. L’enfilade de plages privées et publiques donne envie d’aller prendre un verre pieds nus dans le sable blond. Belle vue sur la baie, les palaces, on aperçoit les deux coupoles du Carlton « the best hotel for the best people » dressées en hommage aux seins de la belle Oreto, courtisane de la Belle-Epoque. La Croisette doit son nom au calvaire vers le Yacht Club, point de départ des pèlerins en partance pour l’île Saint-Honorat à la longue vocation monastique. On y prend le bateau depuis le vieux port, pour une traversée de vingt minutes. Saint-Honorat fait partie des îles de Lérins avec Sainte-Marguerite et est toujours habitée par une communauté de moines qui accueille les adeptes de retraites silencieuses. Ils proposent d’assister à la messe mais aussi à des journées vignes & vins. Le vin que nous goûterons à la table de la Tonnelle est un bon vin de sol aux influences marines. Une île de vignobles et de sentiers de balades au milieu des cyprès, des pins et des oliviers avec le père Mattéo, responsable des plantations.

La route d’Antibes à Biot et Vallauris, bastions des artisans

Cannes- Antibes, c’est vite fait quand la circulation est fluide. Le lacet du bord de mer rend le voyage agréable. Seule ville de la Côte d’Azur entourée de remparts, Antibes dévoile un charme confidentiel. Picasso, dont le musée occupe le château Grimaldi, disait : « A Antibes, je suis repris par cette antiquité » (antiquité grecque inscrite dans la culture méditerranéenne du peintre). D’abord le port avec ses bateaux de plaisance et ses étals de pêche locale. On aperçoit Porte Marine le Nomade, sculpture en dentelle de lettres de Jaume Plensa. De là on rejoint à pied les petites rues aux arches fleuries de la vieille ville, de l’époque romaine. Jolies places et façades en pierre. Lilas, mimosa, géraniums, micocouliers apportent une touche romantique. Rue Saint-Esprit, une aquarelliste propose des cartes postales faites maison. Au n°1 de cette rue, entre les remparts et le musée Picasso, surgit la cathédrale Notre-Dame. De style baroque, elle a été bâtie sur l’emplacement d’un temple païen. En redescendant, on arrive au marché provençal. Tous les jours, les producteurs viennent y vendre fleurs de courgette, ail ou citron confits. A la boulangerie Veziano, on fait la meilleure pissaladière (pizza aux anchois et oignons) de la ville. Après le déjeuner, en route pour Biot, village médiéval perché où s’entrelacent des ruelles bordées de belles portes et de voûtes en pierre. Fernand Léger y a vécu (le musée de Biot rassemble une bonne partie de son œuvre). Capitale de la poterie et des souffleurs de verre, Biot attire toujours les curieux. S’il n’y a plus de maître verrier depuis Jean Claude Novaro, une enseigne telle que La Verrerie de Biot perpétue la tradition dans un atelier ouvert. Certains de leurs artistes sont exposés au Met à New York. Il faut flâner dans Biot, mais ce sera à Vallauris à une heure de là que les ateliers d’artistes ouvrent leur porte. Les céramiques de Vallauris, vases, coquillages et poissons-lampes s’arrachent à prix d’or chez les collectionneurs de vintage (notamment sur selency.fr). Les céramistes d’aujourd’hui, Serge, Caroline, Julien, Chris ou Lauren, ont tous leurs ateliers dans le centre ancien de la ville. Ils travaillent, l’un la faïence, les émaux, l’autre se concentre sur les arts de la table, l’autre encore revisite les visages de Mandela ou de Marilyn sur des bonbonnes de gaz, quand il ne s’agit pas de créations en grès émaillé dans un esprit végétal destinées à la déco des restaurants. Ces artistes créent, vendent sur place et proposent pour certains des workshops destinés aux enfants et aux adultes. Chaque jeudi en soirée, c’est la fête à Vallauris. Vernissage généralisé, effervescence et apéro dans tous les ateliers.

Les jardins magiques de Grasse et d’Eze, village à fleur de falaise

A Mouans-Sartoux, à une demi heure de Vallauris Golfe-Juan, voir les jardins du Musée International de la Parfumerie, dits aussi « conservatoire des plantes à parfums ». Un jardin public ouvert d’avril à fin novembre, où l’on peut pique-niquer à l’ombre des pergolas. Les amateurs de fleurs comme les touristes aiment y passer quelques heures. C’est un espace naturel à perte de vue qui dès l’aube exhale les senteurs enivrantes de la rose, du jasmin, de l’écorce du bouleau, de la fleur d’oranger… La rose de Grasse dite rose de mai, particulièrement odorante, est recherchée par les parfumeurs. Christophe, le jardinier, nous conseille « Il faut toucher les feuilles et sentir, sinon on passe à côté de la visite ». Ainsi, la verveine citronnée, la menthe fraise ou le géranium menthe. Le sentier nous mène sur les hauteurs où nous croisons un bassin à nénuphars et admirons les pousses spontanées de mauves et de fleur de carotte sauvage. Violet, rose, rouge, jaune, orange, bleu, les couleurs vives s’en donnent ici à cœur joie. Une visite qui met d’excellente humeur. Ensuite, cap sur Grasse la cité des parfums aux influences italiennes marquées, à coup de façades vertes, bleues, roses et jaunes. L’idéal est de démarrer la balade dans la ville basse pour remonter jusqu’au cœur médiéval via la cathédrale de style roman provençal qui abrite trois Rubens et un Fragonard. Pour la belle vue sur la ville, monter au jardin de la princesse Pauline. Grasse est aujourd’hui dominée par trois grands noms, Fragonard, Molinard et Galimard. A faire, avant les achats dans ces maisons, la visite du musée de la Parfumerie, collection privée remontant à l’époque de l’Antiquité et son jardin d’orangers avec une sculpture en cœur. Puis enchaîner avec un atelier de création d’eau de toilette chez Fragonard avec Corinne Marie-Tosello, designer d’ateliers olfactifs passionnante. Il s’agit d’une création d’eau fraîche dans le style de l’eau de Cologne. La mémorisation olfactive se fait par association d’idées, l’orange peut raviver un souvenir de confiture ou le petitgrain évoquer l’odeur du cigare, à chacun(e) ses références. On apprendra à distinguer une note de tête d’une note de fond, pour créer à base de neuf essences son eau de toilette sur mesure. Plutôt agrume ou herbe aromatique ? Fin de l’atelier : on repart avec son flacon personnel et la formule. Puis on baptise son eau originale. Le nom de la mienne ? « Paris-Grasse » bien sûr. Dernière étape : Eze. Joli village de pierre entre mer et montagne et situé entre Nice et Monaco. Son jardin exotique en hauteur est agrémenté de statues et de plantes aux noms charmants (« coussin de belle-mère »). Il vaut bien une flânerie. C’est aussi un beau point de vue sur la corniche, les plages et les environs de Eze.

Guide pratique :

Y aller :

Paris-Nice vols quotidiens, durée 1h30. Air France à partir de 48€ l’aller simple.

Y séjourner :

A Cannes

  • Hôtel Canberra, un quatre étoiles derrière les plages, au calme avec piscine privée. A partir de 191€ la nuitée en chambre double.

A Antibes

  • Un Bed & Breakfast, romantique, bien situé et avec vue sur le jardin. Chez Yoan et Sofia, « La clé de la porte »,  Place du Revely. A partir de 151 € la nuitée.

A Biot:

S’y restaurer :

  • A Cannes, la nouvelle plage du Gray d’Albion « mademoiselle Gray ». Cusine méditerranéenne et orientale, mézzé libanais, Mouhhalabieh etc.
  • A Antibes, restaurant le Safranier, 1place du Safranier. Cusine méditéranéenne, sardines farcies, beignets de fleurs de bourgette, pissaladière etc. En cuisine, l’ancien chef du restaurant gastronomique de l’Eden-Roc Hôtel.
  •  A Eze, en haut du village, dans un patio ombragé, restaurant « Le nid d’aigle ». Assiettes dégustation de produits locaux.

 A lire également : 

Côte d’Azur : palmarès des meilleures adresses pour des vacances inoubliables

Voyager seule : les étapes incontournables pour sauter le pas

Offrez-vous un séjour dans un des hôtels mythiques de James Bond !




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page