Crypto

CAC 40 : En route pour les 7 000 points ?

En septembre 2000, en pleine bulle internet, le CAC 40 s’affichait à un sommet jamais atteint. En flirtant avec la barre des 7 000 points. Un niveau que l’indice français n’atteindra finalement jamais.

Plus de 20 ans plus tard et fort d’une croissance positive sur les 7 derniers mois, la question se pose plus que jamais. Est ce que le CAC 40 pourra casser dans les semaines à venir son plus haut niveau historique ? Est ce que cette barrière pourrait être cassée durablement ou doit-on craindre alors une forte correction. Deux questions qui méritent quelques éclaircissements.

Le CAC 40 : + 80 % en 18 mois

Pour comprendre le chemin qui a été parcouru, il est important de revenir en arrière. Nous sommes le 18 mars 2020. Le monde entier est dans l’incertitude la plus totale. La covid-19 vient d’être déclarée pandémie mondiale par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et les marchés s’affolent. Ou plutôt, ils se crispent. A cette date, le CAC 40 s’affiche à 3 755 points, un niveau plus atteint depuis 2014. En l’espace de 14 jours, l’indice vient de perdre plus de 30 % de sa valeur.

Le graphique suivant reprend l’évolution de l’indice boursier sur les 5 dernières années. Le creux causé par les premiers jours de la crise sanitaire est particulièrement visible.

Le CAC 40 : + 80 % en 18 mois

Si la chute est vertigineuse, elle laisse rapidement place à une dynamique haussière extrêmement puissante. Bien que celle-ci soit entrecoupée de phases de correction plus ou moins longues. Dès le 3 juin, le CAC 40 repasse la barre des 5 000 points. En novembre 2020, il retrouve même le niveau qui était le sien en amont du krach de mars. La barre des 6 000 points est quant à elle dépassée en mars 2021, soit à peine 1 an après le début de la crise sanitaire. A peine plus de 5 mois après, c’est la barre des 6 800 qui vient d’être dépassée.

L’Explosion des Bourses : Un Phénomène Mondial

Si la bonne santé du CAC 40 nous saute aux yeux, elle ne doit aucunement cacher la bonne réussite de l’ensemble des indices boursiers du monde entier. Outre-Atlantique, le S&P 500 et le NASDAQ sont aussi sur des séances et un trend record. Même constat en Europe avec le DAX 30 ou encore le FTSE 100 de la bourse londonienne.

Car si les résultats des entreprises françaises sont encore meilleurs qu’escompté, il en a été de même pour la plupart des économies mondiales. Des résultats qui ont permis à l’ensemble de ces indices de gonfler lors des dernières semaines.  Si l’on compare depuis le début de l’année, le S&P 500 est en hausse de près de 20 % tandis que le NASDAQ a pris plus de 16 %. Une évolution qui semble être dans la même veine que le CAC 40, en hausse de près de 22 % sur la même période. Même son de cloche pour le DAX 30 qui progresse de 15 % et dans une moindre mesure du FTSE 100 en hausse de 8 % depuis le début 2021.

Pour le CAC 40, l’indice semble encore aujourd’hui boosté par l’action Atos. Après s’être brutalement effondrée le mois dernier, l’action reprend du poil de la bête ces derniers jours. Avec une croissance de plus de 10 % sur la séance de vendredi. Une hausse confirmée aujourd’hui par 4 % d’augmentation. Un phénomène qui semble s’expliquer par l’intérêt de certains fonds d’investissement pour le groupe.

CAC 40 : Gare au Risque de Correction

CAC 40 : Gare au Risque de CorrectionPour bon nombre d’analystes, le dépassement de ce seuil pourrait être le catalyseur d’une correction du cours. Une correction qui pourrait aussi intervenir bien avant. Ainsi, l’analyse graphique suggère des zones de résistance autour de 6 850 à 6 900 points. Des points de tension que l’investisseur devra prendre en compte dans les jours à venir.

Un risque de correction rendu aujourd’hui d’autant plus évident par certains indicateurs économiques. En effet, certaines variables semblent suggérer une baisse de la croissance mondiale. C’est notamment le cas du ralentissement de la croissance des exportations chinoises. Si la hausse prévue pour le mois de juillet s’affichait à 20,8 %, elle n’aura finalement été que de 19,3 %. Des chiffres dont l’évolution pourrait avoir un impact à plus long terme. D’autant plus si la tendance venait à se prolonger.

D’autres éléments comme l’avancée de la vaccination à l’échelle mondiale devrait aussi retenir l’attention des marchés financiers dans les semaines à venir. Quoi qu’il en soit, le risque de correction semble bien réel.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page