People

Delphine Jubillar : L’affaire judiciaire qui lie Cédric à un autre protagoniste


Avec près de 2500 habitants, tout le monde se connaît à Cagnac-les-Mines. Quand une affaire judiciaire connaît un retentissement tel que celle de la disparition de Delphine Jubillar, certains liens sont passés au crible. Simon (le prénom a été changé), ce père de famille une fois qualifié “d’amoureux éconduit” de l’infirmière, avait déjà eu un passif avec Cédric Jubillar, époux et unique suspect dans la disparition de la mère de ses enfants, actuellement en détention provisoire.

Simon avait déjà été jugé le 2 novembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Albi pour “menace de crime” et “port sans motif légitime d’armes de catégorie D” dans une affaire judiciaire liée à Cédric Jubillar. Le 10 mai 2020, Simon et un ami, Christophe (les prénoms ont été changés), ont trop bu et décident de faire un mauvais coup à Stéphane, un homme qui s’approchait de trop près de l’ancienne compagne de Christophe. Il se trouve que ce Stéphane est l’un des amis proches de Cédric Jubillar…

D’abord, les deux amis saouls commencent par inonder le répondeur de Stéphane de messages menaçants avant de se rendre à son domicile. Ils y dégradent la porte d’entrée et deux voitures présentes dans l’allée à grands coups de battes de base-ball. L’un de ces véhicules appartenait au couple Jubillar. D’après le jugement consulté par Le Parisien, Simon a été condamné à une amende de 500 euros (dont 400 avec sursis) et à une interdiction de la détention d’une arme soumise à autorisation pendant trois mois.

Ce précédent aurait-il été suffisant à Simon pour bâtir une telle haine envers Delphine Jubillar ? Une connaissance de l’infirmière avait assuré aux enquêteurs que le père de famille la draguait draguait lourdement, au point de lui faire peur. Ce témoignage avait été infirmé par Simon lui-même et par d’autres déclarations comme celle d’une amie de Delphine Jubillar, née Aussaguel.

Pour l’heure, Cédric Jubillar reste le seul et unique suspect dans la disparition de l’infirmière et mère de ses deux enfants de 2 et 6 ans. Il est toujours placé en détention provisoire pour “homicide par conjoint” et clame son innocence.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page