Politiques

Réparties de campagne. Le jour où Edouard Balladur a annoncé sa candidature à la présidence de la République

Le Premier ministre Edouard Balladur présente sa candidature à l'élection présidentielle depuis son bureau de l'Hôtel Matignon à Paris, le 18 janvier 1995
Le Premier ministre Edouard Balladur présente sa candidature à l’élection présidentielle depuis son bureau de l’Hôtel Matignon à Paris, le 18 janvier 1995 (JOEL ROBINE / AFP)

Nous sommes le 18 janvier 1995, trois mois avant le premier tour de la présidentielle qui doit désigner le successeur de François Mitterrand. La candidature d’Edouard Balladur, Premier ministre de cohabitation depuis deux ans,  ne fait aucun doute. Les mains jointes, avec le ton posé qui le caractérise, Edouard Balladur se présente devant les Français d’un air solennel depuis son bureau de Matignon.

Une courte allocution, tout juste huit minutes, qui surprendra de nombreux observateurs. Parmi eux, Michèle Cotta. La célèbre journaliste est à cette époque la directrice générale de France 2 : “C’est le cadre qui m’avait le plus surprise à l’époque.

Je me suis dit ‘Quelle drôle d’idée de faire une déclaration de candidature dans ces lieux, avec cette majesté, cette solennité et au fond cette sécurité !

Michèle Cotta

à franceinfo

Sûr de son fait, conforté par les sondages qui le donnent favori, Edouard Balladur ne prend aucun risque pour annoncer ses intentions. Pas question de forcer sa nature. “Il est apparu trop snob, trop mondain, estime Michèle Cotta. Ses défauts ont été accentués face à la simplicité et à l’aura de Chirac. Faire campagne n’était pas une partie de plaisir pour Balladur.

Le duel avec Jacques Chirac est évidemment dans toutes les têtes… L’ancien maire de Paris est lui en campagne depuis plusieurs mois déjà. Ce soir de janvier 1995, il y a donc comme un air de trahison. Et chaque soir sur Canal+, les Guignols de l’info s’amusent de la bataille que se livrent les deux candidats de droite. Au fil des semaines, les courbes d’intentions de vote finissent par s’inverser, et Jacques Chirac devancera d’un fil Edouard Balladur au soir du premier tour, donnant lieu encore à une séquence restée dans les mémoires, Edouard Balladur intimant à ses partisans sifflant et huant Jacques Chirac : “Je vous demande de vous arrêter !” Une répartie de fin de campagne…


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page