Economie

après un an de huis clos, le retour des supporteurs marqué par les incertitudes

Des supporters de l’Olympique de Marseille encouragent leur équipe lors d’un match amical contre Villarreal, à l’Orange Vélodrome de Marseille, samedi 31 juillet 2021.

Ils sont de retour, enfin. A l’image du Stade-Vélodrome (Orange Vélodrome) samedi 31 juillet, lors du match amical entre l’Olympique de Marseille (OM) et Villarreal, où l’ambiance survoltée a rappelé une période où le Covid-19 n’existait pas, la Ligue 1 retrouve ses supporteurs pour cette nouvelle saison qui débute, vendredi 6 août, par une rencontre entre l’AS Monaco et le FC Nantes. Tous les acteurs espèrent désormais que les matchs à huis clos et les chants de supporters enregistrés et crachés par haut-parleurs pour couvrir le silence ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Football : la Ligue 1 toujours en crise alors que la saison reprend

Mais si le championnat retrouve un semblant de normalité, tout n’est pas encore réglé. Alors que la France affronte une quatrième vague épidémique, les incertitudes sont encore nombreuses. Aucune jauge n’est pour le moment fixée pour les rencontres, ce qui permet, a priori, que les stades soient remplis. Mais qu’en sera-t-il à la rentrée si le nombre de contaminations sur le territoire continue sa progression ?

Seule condition fixée par le gouvernement pour l’entrée dans les stades, la présentation d’un passe sanitaire – délivré sur la base d’une vaccination complète ou bien d’un test Covid-19 négatif de moins de quarante-huit heures. Mais, déjà, des restrictions sont imposées localement. Alors que l’Hérault connaît une forte augmentation de son taux d’incidence, le préfet du département a fixé une jauge de 13 500 places au stade de la Mosson, contre une capacité de 22 000, pour le match de dimanche entre Montpellier et l’OM.

« On s’adaptera »

Face à ces incertitudes qui planent, quelques clubs de Ligue 1 ont décidé de renoncer à lancer des campagnes d’abonnement, pourtant très attendues par les supporters les plus assidus qui ont alors l’assurance d’assister à toutes les rencontres de leur équipe à domicile. C’est le cas notamment à Montpellier, Angers, Nantes ou encore à Marseille.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Entre Lionel Messi et le FC Barcelone, l’histoire est presque finie

« On veut d’abord tester le passe sanitaire en fixant des jauges à l’Orange Vélodrome (30 000 spectateurs face à Villarreal en amical, 50 000 contre Bordeaux, en Ligue 1, le 15 août [sur une capacité de plus de 67 000 personnes]), puis sans jauge contre Saint-Etienne, le [28] août, a fait savoir Jacques Cardoze, le directeur de la communication du club phocéen, au journal L’Equipe. Et, si tout se passe bien, on lancera la campagne dans la première quinzaine de septembre. »

Du côté du FC Nantes aussi, on préfère attendre de voir la situation s’améliorer sur le plan sanitaire avant de lancer une campagne d’abonnement. « Il y a trop d’incertitudes en matière d’organisation. Toute la saison dernière, il y a eu des annulations, des remboursements match par match de nos abonnés. On ne voulait pas revivre ça », explique au Monde Benoît Guillou, responsable de la billetterie au stade de la Beaujoire.

Il vous reste 54.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page