Politiques

le Conseil constitutionnel “nous a donné raison” sur “deux des trois mesures dénoncées” par le PS, se réjouit Valérie Rabault

Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l'Assemblée et députée du Tarn-et-Garonne, était l'invitée du "8h30 franceinfo", vendredi 6 août.
Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l’Assemblée et députée du Tarn-et-Garonne, était l’invitée du “8h30 franceinfo”, vendredi 6 août. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

“Je ne suis pas d’accord avec ce pass sanitaire mais dans un État de droit, on applique la loi”, a réagi vendredi 6 août sur franceinfo Valérie Rabault, présidente du groupe socialiste à l’Assemblée nationale et députée du Tarn-et-Garonne, au lendemain de la validation par le Conseil constitutionnel de l’essentiel de la loi qui prévoit l’extension du pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour les soignants. “À partir du moment où la loi est votée, validée par le Conseil constitutionnel, la loi s’applique”, a-t-elle indiqué.

La députée socialiste s’est toutefois réjouie de la censure de “deux des trois mesures” que le PS avait “dénoncées” : le licenciement pour les contrats à durée déterminée (CDD) et l’isolement obligatoire. “Le Conseil nous a donné raison là-dessus”, s’est félicitée Valérie Rabault.

“Nous prônions la vaccination obligatoire pour tous, une mesure qui vaut pour tout le monde et qui ne distingue pas entre les soignants et les autres, entre ceux qui vont au restaurant et les autres et entre ceux qui prennent le train et ceux qui prennent le TER”, a-t-elle dénoncé.

Selon elle, “cela crée une complexité et une division qui ne nous paraît pas de bon aloi”. “Il vaut mieux une démarche claire, universelle, qui s’applique à tout le monde, plutôt que d’avoir un pass qui s’applique à certains”, a estimé Valérie Rabault. “Face à cette crise sanitaire, on est tous concernés et si on est tous concernés, nous pensons que la vaccination obligatoire est la meilleure chose”, a-t-elle insisté, dénonçant le manque de pédagogie du gouvernement pour créer “l’adhésion du pays”

Le gouvernement a pris les choses à l’envers.

Valérie Rabault

sur franceinfo

La présidente du groupe socialiste à l’Assemblée nationale dit craindre la perte de clients et la charge de travail supplémentaire qui va s’imposer aux restaurateurs et aux organisateurs d’événements qui devront contrôler ce pass sanitaire dont “ce n’est pas du tout le rôle”. Ils devront “assumer la responsabilité que l’État ne veut plus prendre”, a-t-elle estimé. Par ailleurs, elle a réclamé le prolongement du fond de solidarité, “au regard des pertes de chiffre d’affaires qui vont être engrangées”.

Si la députée socialiste renouvelle son soutien à une candidature d’Anne Hidalgo à la présidentielle de 2022, elle “espère qu’il y aura une union la plus large possible” à gauche. Interrogée sur l’éventualité d’une primaire, elle “pense qu’il y aura une désignation par les militants”“Je ne sais pas combien il y aura de candidats in fine, mais la priorité c’est la définition du cap que nous voulons donner à notre pays, ensuite il y a des discussions avec les autres formations politiques comme cela s’est toujours fait à gauche”, a-t-elle rappelé.

Retrouvez l’intégralité du “8h30 franceinfo” du vendredi 6 août :


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page