Economie

Le chiffre d’affaires de Huawei en recul, conséquence des sanctions des Etats-Unis toujours en vigueur

L’entreprise chinoise Huawei a annoncé une forte chute de son chiffre d’affaires au premier semestre 2021, avec une baisse de 29,4 % par rapport à la même période l’année précédente. Selon les résultats publiés vendredi 6 août, il a décliné de 454 milliards de yuans (59,4 milliards d’euros) pour s’établir à 320,4 milliards de yuans (41,9 milliards d’euros).

Huawei était, jusqu’à il y a peu, le leader mondial de la vente de smartphones. Sa branche produits de consommation, qui comprend les téléphones portables, a vu ses ventes reculer de 47 % sur un an, son chiffre d’affaires pour le secteur atteignant 135,7 milliards de yuans (17,8 milliards d’euros). Cette chute s’explique par la vente de la marque de smartphones low-cost Honor, mais surtout par les sanctions imposées par les Etats-Unis, qui soupçonnent l’entreprise d’espionnage au profit du gouvernement chinois.

« Notre objectif, c’est de survivre durablement », a reconnu dans un communiqué l’un des présidents tournants du groupe, Eric Xu. « Nous avons traversé une passe difficile et tous nos employés ont continué à avancer avec beaucoup de force et de détermination. »

Recentrage stratégique sur certains secteurs

Au début de 2020, Huawei était devenu le premier fabricant mondial de smartphones. Mais à la suite des sanctions américaines, il ne figure maintenant même plus parmi les cinq premiers mondiaux du secteur, y compris en Chine – où il a longtemps dominé le marché –, d’après le cabinet d’études Canalys. Un autre rapport, du cabinet Counterpoint, illustre la brutalité du coup d’arrêt de Huawei. Au premier trimestre de 2021, il ne lui accordait plus que 4 % de part de marché, contre 20 % au deuxième trimestre de 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ventes de smartphones : la dégringolade de Huawei se poursuit

L’administration de Joe Biden n’a rien changé à la politique américaine envers Huawei, entamée sous Donald Trump. L’entreprise chinoise et ses nombreuses filiales sont placées sur liste noire, interdisant aux entreprises américaines de leur vendre des technologies sensibles, notamment des microprocesseurs. Huawei est onc coupé du système d’exploitation Android (Google Store, Gmail, Google Maps, YouTube, Google Drive, etc.) et d’autres applications américaines majeures.

Pour la 5G, dont Huawei est, de l’avis général, l’acteur le plus en pointe, la pression des Etats-Unis a là aussi eu des conséquences négatives pour le groupe chinois. Washington a par exemple fait jouer ses réseaux diplomatiques pour convaincre ses alliés – notamment ceux de l’alliance de renseignement « Five Eyes » (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni) – de ne pas recourir à l’équipementier pour leurs nouveaux réseaux 5G.

Les sanctions ont in fine forcé Huawei à se recentrer stratégiquement sur des secteurs comme les logiciels, l’informatique d’entreprise ou les véhicules intelligents. Il s’applique également à développer une gamme plus large, avec des produits audio, des montres connectées, des ordinateurs portables, qui passent pour l’instant sous le radar des sanctions américaines.

Lire la chronique de Sylvie Kauffmann : « La bataille de Huawei devait être technologique et commerciale, elle est devenue géopolitique »

Le Monde avec AFP et AP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page