Santé

Ces récepteurs se cachaient dans nos cellules depuis 60 ans

En 1957, des scientifiques émettent une hypothèse : à l’intérieur de certaines cellules rénales, un système permettrait de mesurer la pression artérielle pour l’ajuster au besoin. Pendant plus de 60 ans, personne n’a mis le doigt sur un tel système. C’est chose faite. Une équipe de chercheurs américains a décelé nos baromètres naturels dans des cellules rénales spécialisées, nommées les cellules rénines — la rénine étant une hormone qui aide à réguler la pression artérielle.

« C’est exaltant de découvrir que le mécanisme insaisissable de détection de la pression, le barorécepteur, est intrinsèque à la cellule rénine qui a la capacité de détecter et de réagir, raconte Maria Luisa Sequeira-Lopez, l’une des autrices de l’étudeDonc les cellules rénines sont des capteurs et des émetteurs. » Plus précisément, ces barorécepteurs sont des mécanotransducteurs, c’est-à-dire qu’ils saisissent les changements de pression à l’extérieur de la cellule et les transmettent sous forme de signaux mécaniques au noyau cellulaire. Une pression trop basse induit la production de rénine, tandis qu’une pression trop élevée limite la production de rénine.

Ce rouage est crucial pour prévenir l’hypertension artérielle et son opposé, l’hypotension. Les scientifiques espèrent que la compréhension de ce phénomène conduira à de nouveaux traitements pour les personnes ayant une tension mal régulée.

Ces récepteurs sont le maillon essentiel pour comprendre le contrôle de la pression artérielle. © UVA Health, Virginia School of Medicine

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page