Economie

La Ligue de football professionnel gagne une manche contre BeIN Sports

BeIN Sports devra programmer, produire et diffuser sur le canal BeIN Sports 1 les matchs de Ligue 1 liés à son contrat, les promouvoir et s’acquitter des factures afférentes.

Loin d’avoir gagné la guerre, le football français a tout de même remporté, mercredi 4 août, une petite victoire qui devrait lui mettre du baume au cœur. La Ligue de football professionnel (LFP) a gagné son référé contre BeIN Sports dans lequel elle demandait que l’opérateur de télévision payante produise et diffuse les deux matchs hebdomadaires acquis pour 332 millions d’euros pour les saisons de 2020 à 2024.

Le tribunal de Paris a ainsi exigé de BeIN Sports qu’il respecte le contrat signé le 29 mai 2018, « sous astreinte d’un million d’euros pour une durée de trois mois par jour de retard constaté », indique l’ordonnance communiquée mercredi. BeIN Sports devra ainsi programmer, produire et diffuser sur le canal BeIN Sports 1 ces matchs de Ligue 1, les promouvoir et s’acquitter des factures afférentes.

Lire aussi : BeIN Sports fait à son tour du tort au football français

Dans cet imbroglio juridique, la décision du tribunal rassure la LFP, dans la mesure où elle sécurise le contrat avec l’opérateur qatari. De fait, ce dernier tente d’en diminuer la portée. S’il a bien remporté ce lot en 2018 lors du précédent appel d’offres, il affirme qu’il faut désormais se tourner vers Canal+, avec lequel il a signé en 2020 un accord de sous-traitance et qui produit et diffuse les matchs.

Nomination d’une conciliatrice

Toutefois, Canal+ ne l’entend pas de cette oreille. La filiale de Vivendi souhaite se désengager de la Ligue 1 depuis le 11 juin, date à laquelle la Ligue a fait entrer Amazon dans la danse en lui cédant les matchs abandonnés par l’espagnol Mediapro. La semaine dernière, Canal+ a résilié son propre contrat de sous-traitance avec BeIN Sports, qui l’a aussitôt attaqué en justice. Le tribunal de commerce de Nanterre dira, jeudi 5 août, si cette résiliation est valide ou pas. Capitale, cette décision conditionnera les paiements dus au football français.

Car, malgré la décision du tribunal, BeIN Sports ne va pas s’acquitter de ses factures. Comme Mediapro l’avait fait il y a huit mois, celui-ci s’est mis sous la protection du tribunal de commerce, arguant qu’il ne pouvait, sans la manne de Canal+, payer ses échéances. La prochaine, d’un montant de 56 millions d’euros, est fixée au 5 août. Elle doit servir à rémunérer les clubs de football le 16 août. Une conciliatrice a été nommée. A quarante-huit heures de la reprise du championnat, les présidents de club ne savent pas si deux de ses matchs sur dix vont être payés, produits et diffusés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page