Politiques

“Ça démontre que le président prend au sérieux les mobilisations au coeur de l’été”, estime un communicant


Emmanuel Macron appelle les Français à lui poser des questions sur la vaccination sur TikTok et Instagram, dans des selfies-vidéos publiées lundi 2 août. “Ça démontre que le président de la République prend au sérieux les mobilisations au coeur de l’été”, analyse le communicant Arnaud Benedetti, rédacteur en chef de la Revue politique et parlementaire et professeur associé à la Sorbonne, sur franceinfo.

franceinfo : Que montre Emmanuel Macron en publiant cette vidéo ?

Arnaud Benedetti : Ça démontre que le président de la République prend au sérieux les mobilisations au coeur de l’été qui, depuis maintenant trois samedis, défilent dans les rues d’un certain nombre de villes de France. Le deuxième intérêt, c’est le cadre. Il montre que dans une période de tension sanitaire recrudescente, il est toujours aux manettes et qu’il continue, malgré les vacances, à piloter. Le troisième point, c’est le support. Un grand sociologue des années 1960 disait que “le médium, c’est le message” et là, Emmanuel Macron choisit les réseaux sociaux Instagram et TikTok pour s’adresser aux familles, aux plus jeunes, et afin de contre-attaquer face à l’offensive qui, aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, mobilise des opposants au vaccin ou au moins au pass sanitaire.

“Là, on a une communication qui se veut une communication pédagogique, une communication de proximité”.

Arnaud Benedetti

à franceinfo

Emmanuel Macron avait déjà fait un pas vers les jeunes en faisant une vidéo avec McFly et Carlito. Il n’avait pas parlé de la pandémie à ce moment-là, s’en mord-il les doigts ?

Le contexte a très vite évolué depuis un peu plus d’un mois et demi, voire deux mois. Il faut se souvenir qu’au mois de juin, le président de la République et son Premier ministre nous promettaient le retour des jours heureux, mais avec la propagation du variant Delta, on a le sentiment qu’on a déjà changé d’époque et changé de contexte. Le président de la République essaye vraisemblablement aujourd’hui de reprendre la main aussi dans la communication de l’exécutif depuis les annonces du 12 juillet. Cette communication a parfois été jugée brutale, notamment à l’adresse de ceux qui doutent du pass sanitaire, de ceux qui doutent des vaccins. Il faut se souvenir, par exemple, des propos du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, qui qualifiait les opposants de “franges minoritaires” ou “capricieuses”.

Est-ce le signe d’un changement dans la façon de s’adresser aux personnes qui sont réticentes à se faire vacciner ?

Ce qui change dans la tonalité du message qu’il a posté ce matin, c’est qu’il s’efforce de ne pas stigmatiser, de ne pas forcément caricaturer même s’il dit qu’il y a parfois “n’importe quoi”, je reprends son expression qui circule sur les réseaux sociaux. Il se veut en tout cas emprunt d’un ton qui est beaucoup plus pédagogique. Il considère que, vraisemblablement, il faut expliquer pour convaincre les plus récalcitrants. Il y a un angle mort quand même dans sa communication, c’est que finalement les mobilisations qui prennent forme ne sont pas seulement des mobilisations anti-vaccin, même si c’est une portion importante. Il y a aussi, parmi les gens qui manifestent, des gens qui sont inquiets du dispositif qui est mis en place et qui considèrent qu’il est attentatoire à un certain nombre de libertés ou au principe d’égalité. On voit que, par contre, là, dans cette communication, il ne fait pas du tout référence à ces préoccupations et c’est peut-être vraisemblablement ce qui pêche dans sa prise de parole ce matin.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page