People

Delphine Jubillar : L’accord secret passé avec la femme de son amant peu avant sa disparition


24 heures avant sa disparition, Delphine Jubillar reçoit un message sur son téléphone portable. D’une femme inconnue, ou presque. L’infirmière du Tarn redoutait peut-être qu’elle tente un jour de la contacter. Après tout, elle est la compagne de son amant et mère de leur enfant en bas âge. Avec respect et courtoisie, les deux femmes échangent brièvement et concluent rapidement d’un pacte.

Nos confrères de La Dépêche ont eu accès à plusieurs éléments du dossier, notamment ces échanges par SMS. Le 14 décembre 2020, un jour avant la disparition de Delphine Jubillar, son amant lui envoie un message agrémenté d’un coeur. Sa conjointe découvre ce SMS et lui demande des explications. Il lui dit alors la vérité et lui apprend sa relation avec l’infirmière, leur projet d’emménager ensemble dans une ferme.

Un pacte et une bouteille de vin

Le lendemain, cette femme explique à Delphine Jubillar qu’elle vient de découvrir sa liaison avec son compagnon. Tu prendras ma place quand elle sera libre, pour le moment, ce n’est pas le cas“, lui écrit-elle. Avec beaucoup de respect, l’infirmière essaye de faire les choses bien et d’apaiser leur relation, notamment pour le bien-être de leur fils. “Tu garderas toujours une place entre nous”, répond l’infirmière.

Là, la compagne de l’amant demande à Delphine Jubillar de plus contacter son homme, le temps des fêtes de fin d’année.

Les deux femmes passent alors un pacte, pour que tout le monde puisse faire son deuil et accepter d’aller de l’avant. De leur côté, l’infirmière et son nouveau compagnon s’achètent une bouteille de vin : ils prévoient de fêter ensemble leur nouvelle vie.

Un cru jamais dégusté, puisque ce soir-là, dans la nuit du 15 décembre 2020, Delphine Jubillar disparaît sans laisser de trace. Son nouveau compagnon est d’ailleurs la personne ayant recueilli les derniers signes de vie de l’infirmière. Peu avant 23 heures, elle lui envoyait un “bonne nuit mon amour” par SMS, accompagné d’une photo d’elle en “tenue de nuit”, “douchée et prête à aller au lit”, d’après son témoignage.

D’après le témoignage de Cédric Jubillar, Delphine serait partie en plein couvre feu promener les chiens à 23 heures. Les deux toutous seraient rentrés d’eux-mêmes, et il ne se serait aperçu de l’absence de son épouse que lorsqu’il fut réveillé par les pleurs de sa fille de 2 ans, peu avant 4 heures du matin. Mis en examen pour “homicide par conjoint”, le plaquiste reste incarcéré provisoirement en l’attente d’un procès. Ses trois avocats pénalistes continuent de défendre son innocence et de demander à ce que d’autres pistes soient explorées.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page