Economie

Veolia et Suez remodèlent leur état-major

Le siège de la société Suez dans le quartier de la Défense, à Courbevoie  (Hauts-de-Seine), près de Paris, France, le 12 avril 2021.

Officiellement, Veolia ne rachètera Suez qu’à la fin de 2021, mais les deux groupes mettent les bouchées doubles pour préparer cette échéance. Antoine Frérot, le PDG de Veolia, a ainsi dévoilé, mercredi 28 juillet, quelle place serait accordée à des hauts gradés de son concurrent dans son état-major.

« Dès la date de clôture du rapprochement », le comité exécutif du leader mondial de l’eau et des déchets comprendra un quart d’ex-Suez, soit quatre membres sur seize : Isabelle Calvez (future directrice des ressources humaine), Sébastien Daziano (stratégie et innovation), Azad Kibarian (Italie, Afrique et du Moyen-Orient) et Angel Simon (zone Ibérie et Amérique latine).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après une longue bataille, Veolia et Suez signent un traité de paix

Ils ont même failli être cinq. Veolia, en effet, a été en discussion jusqu’au dernier moment pour accueillir Ana Giros, directrice générale adjointe de Suez, chargée notamment de l’Asie et des grands comptes industriels. L’Espagnole, cependant, était également en lice pour prendre la tête du nouveau Suez, privé de 60 % de ses activités, reprises par Veolia.

Lutte acharnée

Finalement, les fonds Meridiam et GIP ainsi que la Caisse des dépôts et consignations, futurs actionnaires du numéro deux français de l’environnement rétréci, l’ont convaincue de rester pour faire partie de la direction, au côté de Maximilien Pellegrini, directeur général délégué Eau France chez Suez. Pour autant, après moult tergiversations, la direction générale sera confiée à une personne recrutée à l’extérieur de l’entreprise, comme l’a révélé lui-même, dans un message interne, Bertrand Camus, l’actuel directeur général.

Ni la bataille boursière ni la crise sanitaire n’ont empêché Suez et Veolia de connaître une forte croissance de leur activité entre janvier et juin par rapport à 2020

Après neuf mois de lutte acharnée contre Veolia, qui s’était achevée le 14 mai par la signature d’un accord de rapprochement, M. Camus avait fait savoir qu’il n’entendait ni rester chez Suez ni rejoindre Veolia. Le consortium des actionnaires avait mandaté le cabinet Spencer Stuart pour lui chercher un successeur. Au sein de l’entreprise, les candidatures de Jean-Marc Boursier, à la tête de Suez France, et de Diane Galbe, directrice de la stratégie, bras droit de M. Camus dans la défense contre Veolia, avaient été écartées. Pour la suite, selon nos informations, Laurent Guillot, candidat malheureux à la direction générale d’Engie, qui vient de quitter la direction financière de Saint-Gobain, paraît bien placé. Sylvie Jéhanno, PDG de Dalkia, serait aussi sur les rangs selon La Lettre A.

Il vous reste 22.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page