Technologie

le smartphone qui en fait trop, au risque de se perdre

Au printemps, Xiaomi nous avait surpris en annonçant le Mi 11 Ultra, un smartphone haut de gamme impressionnant. Sur le papier, il avait tout pour devenir le meilleur mobile du marché. Avec son grand écran OLED 120 Hz, son processeur Snapdragon 888, ses 12 Go de RAM, le support de la 5G et du Wi-Fi 6E, sa batterie de 5 000 mAh, sa compatibilité avec la charge rapide 67 W, son triple module caméra record (capteur géant de 50 Mpix, zoom optique x5, ultra grand-angle) et son écran secondaire au dos, le Mi 11 Ultra est un ovni.
Très peu d’appareils peuvent rivaliser avec cette fiche technique, ce qui permet à Xiaomi de revendiquer le titre de « meilleur smartphone au monde ». Une assertion ambitieuse pour celui qui n’était encore qu’un débutant il y a quelques années.

Pour vérifier si Xiaomi dit vrai, nous avons souhaité laisser une chance au Mi 11 Ultra pendant un temps plus long que lors de nos tests habituels. Après un mois de test, en laboratoire, puis plusieurs jours de tests photo et, enfin, deux semaines d’utilisation en tant que smartphone principal, voici notre verdict en deux parties. Commençons par ce qui nous a plu, avant d’attaquer ce qui est moins satisfaisant.

Des performances sensationnelles

Sur le papier, le seul rival du Xiaomi Mi 11 Ultra est le Samsung Galaxy S21 Ultra. Fidèle à ses habitudes, le constructeur coréen a équipé son dernier smartphone haut de gamme des meilleurs composants du marché, même ceux qui sont encore dispensables comme la compatibilité Wi-Fi 6E. Avec son Mi 11 Ultra, Xiaomi marche dans les pas du numéro 1 du marché, et emprunte une voie similaire. Nous n’allons pas vous répéter la liste de ses caractéristiques, elles sont dans notre introduction.

Avec de tels composants, le Xiaomi Mi 11 Ultra offre sans surprise une des meilleures expériences du marché. Tout est extrêmement fluide sur ce smartphone qui, grâce à la surcouche logicielle MIUI, nous régale régulièrement grâce à la beauté de ses animations (gare cependant aux applications préinstallées qui, trop nombreuses, nous déçoivent pour un appareil aussi coûteux).
Même après plusieurs jours sans redémarrer l’appareil, nous n’avons jamais expérimenté le moindre ralentissement avec ce smartphone. Toutes les applications fonctionnent merveilleusement, comme sur les meilleurs appareils du marché. Le capteur d’empreintes sous l’écran du Mi 11 Ultra est très rapide, ses retours haptiques sonnent justes, ses haut-parleurs stéréo sont puissants (voire un peu trop, ils peuvent parfois être assourdissants) et son étanchéité IP68 est rassurante. Niveau performances, Xiaomi signe une prestation quasiment parfaite.   

Un écran OLED de très haut niveau

L’écran du Mi 11 Ultra n’est pas loin d’être le meilleur du marché. D’une diagonale de 6,81 pouces, il recouvre 91% de la surface avant de l’appareil grâce à son incurvation, soit plus que tous ses rivaux. La dalle OLED utilisée par Xiaomi est de définition Quad HD+, supporte un taux de rafraîchissement pouvant aller jusqu’à 120 Hz et, surtout, est une des plus lumineuses du marché. Selon les mesures de notre laboratoire, le Mi 11 Ultra peut monter jusqu’à 943 cd/m2, ce qui est la deuxième meilleure mesure du marché derrière le S21 Ultra de Samsung (1010 cd/m2). Éblouissant !

Cette excellente luminosité n’est pas le seul bon résultat obtenu par Xiaomi. Au niveau de la fidélité des couleurs aussi, le constructeur chinois nous prouve qu’il est devenu aussi bon en étalonnage qu’Apple ou Samsung. En optant pour le réglage « couleur original » dans les paramètres d’affichage, on obtient un Delta E de 1,59 (4,7 par défaut). Un résultat absolument excellent.

Pour lire, regarder un épisode de série ou jouer, l’écran du Mi 11 Ultra est une franche réussite. Seul bémol, la dalle choisie par Xiaomi est LTPS, et non pas LTPO. Le LTPO est tout récent et équipe généralement les smartphones haut de gamme, il s’agit d’une couche supplémentaire permettant à l’écran de faire varier intelligemment son taux de rafraîchissement, ou sa définition, pour économiser de la batterie. Les derniers Samsung et Oppo en bénéficient, pas le Xiaomi. Vous verrez plus tard que ce choix a une incidence négative sur l’autonomie.

Une recharge intégrale en 37 minutes

Autre point fort du Mi 11 Ultra, son temps de recharge. Avec l’adaptateur fourni dans la boîte (67 W), il ne lui faut que 37 minutes pour passer de 0% à 100%. Une performance record pour un appareil doté d’une batterie de 5 000 mAh, rendez-vous compte qu’il récupère 1 000 mAh toutes les 7 minutes et 20 secondes.
En le branchant cinq minutes, on gagne 23% d’autonomie. En 15 minutes, on gagne 54%. C’est vraiment remarquable, d’autant plus que l’appareil supporte aussi la recharge sans-fil ultra-rapide (67 W aussi, mais nous n’avons pas de chargeur compatible).
Au jeu de la recharge ultra-rapide, Xiaomi rattrape peu à peu son retard sur Oppo. Nous ne serions pas surpris de le voir sous la barre des 30 minutes dès l’année prochaine.

À lire aussi : Notre top 10 des smartphones qui se rechargent le plus vite

Photo : les grands capteurs à l’honneur

Selon nos tests photo, le Xiaomi Mi 11 Ultra est le deuxième meilleur smartphone du marché derrière le Huawei Mate 40 Pro. Il faut dire qu’avec ses modules caméra, il n’existe aujourd’hui aucun équivalent sur le marché. Le capteur principal de ce smartphone, d’une taille quasiment record de 1/1,12 pouce (il y a eu du 1 pouce dans le passé), est taillé pour prendre des photos en basses lumières. Il réalise des clichés d’une définition de 50 Mpix, équivalent 24 mm (il s’agit du Samsung GN2) et embarque la technologie Dual Pixel Pro, qui ajoute une nouvelle dimension d’évaluation de la précision de la mise au point.
Après un passage par le pixel binning (quatre pixels fusionnent en un), on obtient des images de 12,5 Mpix qui, dans la plupart des cas, sont tout simplement excellentes. Xiaomi réussit vraiment à nous émerveiller avec son nouveau smartphone haut de gamme.

À lire aussi :
Notre top 10 des meilleurs smartphones en photo
Mi 11 Ultra : Xiaomi relance la guerre des grands capteurs d’image sur smartphone

Seul point négatif qu’il nous semble important de souligner, l’application Appareil photo du Mi 11 Ultra souffre souvent de lenteurs. Passer d’un module à un autre prend parfois quelques secondes tandis que, dans certains cas, le smartphone refuse de prendre une photo si vous enchaînez trop rapidement deux clichés. C’est assez étonnant pour un appareil ultra haut de gamme, mais Xiaomi est coutumier du fait, le Mi Note 10, axé photo, avait les mêmes problèmes. Il s’agit sans doute d’un problème d’optimisation logicielle. 

A découvrir aussi en vidéo :

Xiaomi aurait pu se contenter de son capteur principal géant, mais la marque chinoise a fait le pari de miser sur la polyvalence, toujours au grand format. Le Mi 11 Ultra embarque ainsi un ultra grand-angle (équivalent 12 mm), relié à un capteur de 48 Mpix, l’IMX586 de Sony, que l’on retrouve habituellement sur de l’équivalent 24 mm.
Plus grand que les capteurs dédiés à l’ultra grand-angle que l’on retrouve ailleurs, ce dernier permet à Xiaomi de mieux s’en sortir que les appareils de Samsung ou d’Apple, même si Huawei reste meilleur dans cette catégorie.
Enfin, Xiaomi propose un zoom périscopique x5 (équivalent 120 mm) capable de monter numériquement jusqu’à x120. Pas besoin de vous dire que l’image n’est pas du tout exploitable au vu de l’écart entre la photo d’origine et le redimensionnement. Une nouvelle fois relié à un grand capteur de 48 Mpix, ce zoom optique prend de très belles photos.
On aurait juste aimé que Xiaomi titille Samsung avec du x10 optique mais la marque chinoise a sans doute jugé qu’un écart trop important entre son capteur principal (24 mm) et le téléobjectif (240 mm pour du x10) aurait été trop important. 120 mm est plus sage. 

De jour comme de nuit, les trois appareils photo du Mi 11 Ultra s’en sortent très bien. Si l’on peut regretter l’absence de fidélité colorimétrique entre les trois capteurs (la vue principale est la plus réaliste), nous ne pouvons qu’apprécier la polyvalence de cet appareil. Le zoom x5 est d’une qualité remarquable tandis que l’ultra grand-angle, s’il n’offre pas forcément une différence immense avec le capteur principal, est de bien meilleure qualité que chez certains concurrents. 

Cliquez-ici pour consulter une sélection de photos prises avec le Xiaomi Mi 11 Ultra

Photographiquement parlant (pardonnez-nous l’expression), le Mi 11 Ultra mérite son titre de « flagship ». Si l’on ferme les yeux sur ses lenteurs, cet appareil a de grandes chances de servir de modèle à l’industrie grâce à ses capteurs géants qui, espérons-le, ne seront pas les derniers. Bien sûr, en contre-partie, vous avez sans doute remarqué que son module caméra est tout simplement… immense.

Un smartphone beaucoup trop gros

Attaquons la partie négative de notre test, qui est malheureusement plus longue que ce que nous aurions pensé il y a quelques semaines. Il faut dire qu’avec son épaisseur de 8,8 mm et son poids de 236 grammes, le Mi 11 Ultra ne rigole pas. Il s’agit sans doute du smartphone le plus lourd que nous ayons testé depuis très longtemps.
Même après deux semaines d’utilisation, nous sommes surpris à chaque fois que nous l’attrapons. Ce gabarit le rend trop lourd pour de nombreux utilisateurs et en fait un appareil réservé aux geeks, celles et ceux prêts à fermer les yeux pour profiter de ses caractéristiques d’exception.
C’est un immense point négatif, d’autant plus que son module caméra géant est particulièrement protubérant : on dirait qu’une Apple Watch est scotchée à l’arrière du smartphone. Ce design ne peut que diviser, nous avons détesté le fait de tenir cet appareil. Peut-être aurait-il fallu être plus modeste sur certains points pour rendre le Mi 11 Ultra plus utilisable ? 

Un écran dorsal beaucoup trop petit pour être utile

En plus d’intégrer trois capteurs photo géants, le module caméra du Mi 11 Ultra intègre un minuscule écran OLED de 1,1 pouce. Pour l’anecdote, il s’agit du même écran que celui que l’on retrouve dans le bracelet connecté Mi Smart Band, ce qui prouve, une nouvelle fois, que Xiaomi sait comment optimiser ses chaînes de production et d’approvisionnement. Ne vous attendez donc pas à un écran de très grande qualité. 

Avec cet écran, Xiaomi aurait pu proposer quelque chose de très cool. Lorsque nous avons découvert le smartphone, nous avons été plutôt intrigués par cette proposition qui, sur le papier, était assez alléchante. Pour mémoire, nous avons déjà testé des smartphones à deux écrans dans le passé, comme le Vivo Nex Dual Display.

Après plusieurs semaines avec le Mi 11 Ultra, nous sommes arrivés à la conclusion que cet écran dorsal ne savait faire qu’une seule chose correctement : afficher l’heure. Il est trop peu souvent actif. Il est impossible de lire ses notifications dessus par exemple, il n’y a pas assez de place et l’on ne peut pas interagir avec l’écran. De fait, ses fonctions sont beaucoup trop limitées (pourcentage de batterie restante, image, appel entrant etc.). Si nous avons pu apprécier la possibilité d’utiliser cet écran pour prendre des photos, nous avons vite déchanté face à sa taille.
1,1 pouce, tronqué pour s’adapter au format 3:2, c’est vraiment trop petit. L’écran dorsal peut dépanner, mais n’est en rien une innovation pertinente. Nous aurions préféré un module caméra plus petit sans écran ou, encore mieux, un écran plus grand avec lequel nous aurions pu interagir comme sur une montre connectée.  

Une autonomie beaucoup trop moyenne

Avec sa batterie de 5 000 mAh, qui se recharge à la vitesse de l’éclair, le Mi 11 Ultra était bien parti pour nous impressionner. Finalement, au quotidien, nous avons été très déçus. L’autonomie du smartphone fond à une vitesse impressionnante, et n’est souvent pas suffisante pour terminer la journée sur une seule charge.
Il faut dire qu’avec son écran géant Quad HD+ 120 Hz, son second écran dorsal, et une puce Snapdragon 888 surpuissante, Xiaomi a trouvé le cocktail parfait pour vider la batterie en un rien de temps.
Tout ceci est d’autant plus dommage qu’avec une dalle LTPO, comme chez ses concurrents haut de gamme, l’autonomie aurait pu être meilleure. À croire que Xiaomi a voulu faire le maximum partout… sauf là il en avait le plus besoin. Un choix regrettable. 

Selon les mesures de notre laboratoire, l’autonomie polyvalente du Mi 11 Ultra est de 12h43, ce qui est sans surprise inférieur à la moyenne des autres smartphones haut de gamme, sans toutefois être catastrophique.
Le smartphone n’a pas réussi à résister plus de 10h47 à notre test de streaming vidéo, tandis qu’en communication, où il devrait peu consommer en éteignant son écran, le Mi 11 Ultra arrive aussi très bas : 20h06, ce qui est étonnant pour une batterie de 5 000 mAh, qui tient normalement au tour des 30 heures.
Bref, l’autonomie n’est pas le point fort du Mi 11 Ultra. On vous encourage à basculer sur du Full HD+ et du 60 Hz pour bénéficier d’une autonomie plus longue… mais pourquoi acheter ce smartphone dans cette configuration ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page