Economie

« L’Amazonie brésilienne n’assure plus son rôle de poumon de la planète »

Tribune. Au premier semestre 2021, la déforestation en Amazonie a augmenté de 17 % par rapport au premier semestre 2020. Alors que la saison sèche s’ouvre au Brésil, le nombre d’incendies dépasse celui de l’année dernière à la même période. Ces chiffres laissent présager de nouveaux records d’incendies au Brésil cet été.

Face à ce désastre environnemental, climatique et social, la France reste passive. Pourtant, nos importations de produits issus de la déforestation contribuent à la destruction des écosystèmes exceptionnels de ces régions : l’Amazonie et le Cerrado sont détruits afin de laisser place aux pâturages et aux champs de soja que la France importe massivement pour ses animaux d’élevage.

L’année 2020 a été marquée par des incendies qui ont ravagé plus de 310 000 km2 au Brésil, avec la caution du président Jair Bolsonaro. Pour la troisième année d’affilée, la forêt aura perdu environ 10 000 km2, l’équivalent de la superficie de l’Ile-de-France ! Le rythme de destruction est tel que les scientifiques alertent : si aucune action immédiate n’est entreprise, la forêt amazonienne se transformera en savane, menant à la destruction irréversible de cet écosystème essentiel à la survie de l’humanité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Brésil, la déforestation de l’Amazonie au plus haut depuis 2008

Ces écosystèmes, à la biodiversité unique, sont vitaux pour l’équilibre climatique planétaire. Aujourd’hui, l’Amazonie brésilienne n’assure plus son rôle de poumon de la planète. Selon une étude scientifique publiée dans Nature, elle émet plus de carbone qu’elle ne contribue à en séquestrer. Si rien n’est fait, c’est toute l’Amazonie qui pourrait devenir émettrice nette de carbone.

Il y a urgence à agir. En 2019, Emmanuel Macron reconnaissait la responsabilité de la France et s’engageait à freiner la destruction de l’Amazonie. Deux ans après, le constat est amer : nos importations issues de la déforestation n’ont pas ralenti et la destruction de l’Amazonie s’est accélérée.

Regards rivés sur la France

Si la France s’est dotée d’une « stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée » en novembre 2018, celle-ci est restée lettre morte, faute de volonté politique. L’action de la France demeurera inefficace tant qu’elle reposera sur le bon vouloir des entreprises. Pour garantir que le soja qu’elle importe n’est pas issu de la déforestation, la France doit prendre des mesures pour contraindre les importateurs à garantir que les produits qu’ils mettent sur le marché ne sont pas liés à la déforestation ou à la destruction d’écosystèmes.

Il vous reste 42.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page