Economie

la Cour des comptes plaide pour un financement pérenne de la recherche

Face à la crise sanitaire mondiale provoquée par la pandémie de Covid-19, la recherche publique a été mobilisée, partout dans le monde, pour tenter de comprendre les origines du virus, pour apprendre à le détecter, pour réfléchir aux traitements envisageables et aux mesures sanitaires à mettre en place… En France, du 1er janvier 2020 au 1er mars 2021, 530 millions d’euros ont été affectés à la recherche publique dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, selon l’audit de la Cour des comptes, dont les résultats ont été rendus publics jeudi 29 juillet. C’est trois fois moins qu’en Allemagne ou en Angleterre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment Sanofi s’est retrouvé distancé dans la course au vaccin contre le Covid-19

« Cet effort [français] est moindre, dans l’absolu comme relativement, que celui consenti par d’autres pays européens aux moyens et au tissu scientifique comparables », note la Cour des comptes dans son audit. L’Allemagne et le Royaume-Uni ont investi, respectivement, 1,5 et 1,3 milliard d’euros dans la recherche publique pour lutter contre la pandémie. La différence de financement explique, en partie, le retard français dans le domaine de la recherche contre le coronavirus, dont l’exemple le plus criant demeure l’absence de conception d’un vaccin.

En outre, la France fait face à des difficultés d’ordre systémique, d’après la Cour des comptes. « A la différence d’autres pays à forte tradition scientifique en matière biomédicale, la stratégie d’ensemble, le pilotage et la structuration ont été insuffisants », relève-t-elle. De nombreux acteurs investissent dans le domaine de la recherche publique – ministères, Union européenne, agences de financement, sociétés privées –, et les financements se retrouvent éparpillés dans un « nombre considérable d’appels à projets » lancés par de multiples organismes, des établissements de recherche aux universités en passant par les centres hospitaliers universitaires (CHU). « Les financements se sont avérés trop dispersés pour répondre aux enjeux de la crise, notamment en matière de recherche vaccinale, précise le rapport. Le défaut d’organisation a accentué leur éparpillement. »

Priorité à la recherche fondamentale

La Cour des comptes souligne cependant la réactivité et le travail collaboratif observés sur certains sites, à Lyon par exemple, où « une pluralité d’acteurs a participé de manière coordonnée aux mêmes opérations de recherche : université, CHU, COMUE [Communauté d’universités et établissements], région, pôle de compétitivité et fondation, ce qui semble être le gage d’une plus grande efficacité ». Elle préconise donc la mise en place d’un accompagnement financier « au plus près du terrain », et un rapprochement des différents opérateurs de la recherche publique que sont les organismes de recherche, les universités et les CHU.

Il vous reste 37.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page