Economie

Au cinéma, la fréquentation réduite de moitié après la mise en place du passe sanitaire

Un cinéma à Paris, le 25 juillet 2021.

La mise en place, le 21 juillet, du passe sanitaire, qui atteste d’une vaccination complète ou d’un test négatif dans les lieux de loisirs et de culture qui accueillent plus de 50 personnes, déstabilise le cinéma. La fréquentation en salle a chuté de 42,4 %, à 2,2 millions de spectateurs, entre la semaine du 14 au 21 juillet et celle du 21 au 28 juillet, assure Eric Marti, directeur général de Comscore, numéro un mondial de la mesure et de l’analyse du box-office. Le Centre national du cinéma (CNC) estime, quant à lui, à 56 % la dégringolade de la fréquentation par rapport à la même semaine en 2019. « C’est un coup de frein très fort, d’autant plus que la fréquentation était revenue à son niveau normal depuis le 30 juin », constate M. Marti.

Lire aussi : Dans le monde de la culture, le passe sanitaire obligatoire a du mal à passer

En prenant le résultat médian sur la semaine équivalente entre 2015 et 2019, le marché chute exactement de 50 %, précise cet expert. Les multiplexes ont vu leur fréquentation s’effondrer, selon ce même critère, de 59 %, tandis que les petits établissements de moins de cinq écrans ont endigué la baisse à 30 %. « Les multiplexes ne sont pas toujours en centre-ville et, s’il faut prendre sa voiture pour y aller, personne n’a pris le risque de se casser le nez et de se faire refouler », souligne Eric Marti.

« Le marché est freiné »

Certains films ont davantage souffert que d’autres. Le pire résultat revient à Fast and Furious 9, de Justin Lin, qui a perdu 80 % de son public en deuxième semaine. Black Widow, de Cate Shortland, Cruella, de Craig Gillespie, Les Croods 2 : une nouvelle ère, de Joel Crowford, ont également dévissé, mais pas autant, tandis qu’Annette, de Leos Carax, et Benedetta, de Paul Verhoeven, ont limité la casse. Et la Palme d’or à Cannes, Titane, de Julia Ducournau, qui aurait pu espérer un rebond de 20 % en salle, a vu son public fondre de 35 %. En revanche, Kaamelott, d’Alexandre Astier, a réussi un beau démarrage avec 1 million de spectateurs, selon son distributeur SND.

« Le marché est freiné mais pas arrêté pour autant », assure Eric Marti. « Si les gros films les plus attendus ne sont pas déprogrammés, comme OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire, de Nicolas Bedos, Baby Boss 2 : Une affaire de famille, de Tom McGrath, BAC Nord, de Cédric Jimenez, ou encore Eiffel, de Martin Bourboulon, il sera possible de revenir à un marché normal fin août », espère-t-il.

Il vous reste 48.29% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page