Economie

Airbus et Boeing conjuguent la crise au passé

Airbus se frotte les mains. Le premier semestre a été bon et l’année promet de l’être plus encore. Au vu des résultats semestriels, publiés jeudi 29 juillet, l’avionneur européen semble en avoir terminé avec la crise : son chiffre d’affaires a augmenté de 30 % par rapport à la même période de 2020, à 24,6 milliards d’euros. La vigueur retrouvée d’Airbus se mesure surtout à l’aune des livraisons d’appareils. C’est l’indicateur de la bonne santé des avionneurs, mais aussi de leurs clientes, les compagnies aériennes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec la reprise, les commandes géantes d’avions font leur retour

Au cours des six premiers mois de 2021, l’avionneur de Toulouse a livré 297 appareils, soit une centaine de plus qu’au cours de la même période il y a un an (196). Preuve que la pandémie de Covid-19 commence à se conjuguer au passé et que le trafic aérien reprend, Boeing, le grand rival américain, est lui aussi en meilleure forme. Au premier semestre, son chiffre d’affaires a progressé de 44 % pour atteindre 17 milliards de dollars (14,3 milliards d’euros). L’américain est porté par son 737 MAX, dont il a livré 130 exemplaires depuis six mois.

Des résultats meilleurs qu’attendus, au point que Boeing taillera moins durement que prévu dans ses effectifs. L’avionneur américain, qui pensait réduire le nombre de ses salariés à 130 000 contre 160 000 actuellement, en restera finalement à 140 000. Pour Airbus, leader mondial de l’aéronautique depuis trois ans, tous les clignotants sont désormais au vert. Fort de ses bons résultats commerciaux et surtout de la maîtrise de ses coûts pendant la crise, l’avionneur européen est maintenant en position de « revoir ses prévisions à la hausse pour 2021 ».

Trésoreries dans le vert

Même si le groupe reste encore prudent face « à un avenir imprévisible », comme l’a déclaré, jeudi, Guillaume Faury, PDG d’Airbus, le but est désormais de se consacrer entièrement à la remontée des cadences de production. Notamment celle de son best-seller, l’A320. Il faut dire que la hausse du tempo promet d’être forte. Avant ses bons résultats, Airbus prévoyait de sortir de ses chaînes 43 exemplaires de l’A320 chaque mois au troisième trimestre, avant de passer à 45 exemplaires mensuels dès le quatrième trimestre. Ces chiffres vont être revus à la hausse.

L’optimisme tant d’Airbus que de Boeing est porté par l’appétit retrouvé des compagnies aériennes. A l’instar des majors américaines, dont les trésoreries sont revenues dans le vert, celles-ci recommencent à commander des avions. Et en grand nombre ! En juin, c’est United Airlines qui a passé commande de 270 appareils auprès des deux constructeurs. Un contrat qui consacre le succès du petit dernier d’Airbus, l’A321 XLR. Cet appareil réussi l’exploit de combiner les performances d’un long-courrier avec les coûts d’un moyen-courrier.

Il vous reste 18.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page