Auto-Moto

Voiture hybride : fonctionnement, avantages, problèmes


Depuis 4 générations, la Toyota Prius est LA voiture symbole de l’hybridation. Décriée au départ pour ses prestations de conduite laborieuses sur route et autoroute (et son design clivant…), la formule s’est affinée au fil des années et avec l’arrivée de concurrentes élaborées. Mais le principe reste le même : un moteur essence, une transmission automatique et un moteur électrique qui travaillent de concert avec une gestion très fine pour obtenir la meilleure efficience possible. Une petite batterie permet d’accumuler l’énergie cinétique récupérée au freinage, qui suffira à entraîner parfois le seul moteur électrique (jusqu’à 70 % du temps de trajet en ville), le moteur thermique se réveillera en cas de besoin de puissance plus importants ou lorsque la réserve électrique est épuisée. C’est ce qu’on appelle un système hybride parallèle. Résultat, des consommations remarquables en roulage urbain (nombre de taxis ne s’y sont pas trompés) et un agrément élevé dans cet environnement.

Il existe aussi une autre catégorie d’hybrides, bien plus rare, nommée hybride série, le moteur thermique servant à alimenter en énergie un puissant moteur électrique qui est le seul à entraîner les roues. Là, le rôle du moteur thermique est proche de celui d’un prolongateur d’autonomie. C’est la solution exploitée avec succès par Nissan au Japon avec le système e-Power, que l’on verra bientôt ici à bord du nouveau Qashqai.

Dans les deux cas précédents, il s’agit de modèles dits « full hybrid », dont le moteur électrique est assez puissant pour entraîner les roues à lui tout seul. À ne pas confondre avec les « mild hybrid » ou hybrides léger, qui utilisent juste un petit moteur pour aider au démarrage et compléter le couple disponible pour les relances, mais qui ne peuvent rouler en tout électrique. Attention, au moment de l’inscription certains constructeurs jouent sur les mots et les appellent simplement hybrides…

Enfin, les hybrides rechargeables (PHEV en anglais) sont une catégorie à part. En effet, leur grosse batterie peut être rechargée sur une borne ou une prise secteur (renforcée de préférence) pour assurer une traction électrique pure (généralement une cinquantaine de kilomètres) grâce à leur motorisation électrique plus puissante. Ils peuvent aussi assurer un long rayon d’action en mode hybride. Un compromis qui semble idéal sur le papier, connaissant un grand succès, avec des modèles portés par des incitations fiscales intéressantes notamment pour les entreprises, mais ils sont chers et lourds. Certains d’entre eux pâtissent en outre de consommations très élevées une fois la batterie vidée et dans tous les cas, ils doivent être rechargés souvent pour être exploités au mieux.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page