Sports

La grosse colère de Galtier

Le nouveau coach des Aiglons n’est visiblement pas satisfait du niveau affiché par ses troupes lors de cette pré-saison. 

Même s’il ne s’agit que de matches de préparation, Christophe Galtier rêvait sans doute de meilleurs débuts sur le banc de touche de l’OGC Nice. Battu samedi par l’Union Berlin (2-0) samedi, le Gym s’est ainsi incliné pour la troisième fois en cinq rencontres. De quoi agacer l’ancien coach du Losc, qui a poussé son premier coup de gueule, pointant clairement du doigt l’investissement de ses hommes. 

« Tous les adversaires sont meilleurs que nous »

« On fait avec les forces disponibles en ce moment mais on souffre », a constaté un Christophe Galtier amer pour le média officiel des Aiglons. « Il faut qu’on se remplisse physiquement mais on peut souffrir parce que l’adversaire en ce moment est meilleur que nous, et tous les adversaires sont meilleurs que nous, a constaté le nouveau coach du Gym. Il faut simplement avoir de la personnalité, ne pas subir les événements, montrer plus de caractère y mettre plus d’intensité même si c’est plus difficile parce qu’on a un groupe plus que jeune, un groupe qui n’est pas encore là. »

« Il y a un problème de niveau »

Et d’en rajouter une couche, sans mâché ses mot une nouvelle fois: « Evidemment qu’il y a un problème de niveau, de valeur individuelle et de niveau d’équipe, a-t-il reconnu. Ça se ressent automatiquement face à une équipe comme l’Union Berlin qui a fini septième la saison dernière. On a vite vu la différence, même s’il y a eu quand même des choses intéressantes. (…) Il y a beaucoup d’absents mais certains joueurs qui sont dans le groupe connaissent très bien la Ligue 1 et sont loin de leur niveau optimal en ce moment. On a quinze jours pour se monter. Quand on démarrera le championnat, on ne pourra pas accepter si peu d’engagement. »

Lire aussi :L’énorme coup tenté par Galtier !Combien Nice a payé pour GaltierLille, le message d’adieu de Galtier




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page