Politiques

Réparties de campagne. Le 17 février 2012, dans “Parole de candidat”, François Hollande annonce la taxe à 75% sur les très hauts revenus

Le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle de 2012, François Hollande, ici en campagne à Lorient dans le Morbihan, le 23 avril 2012, avant le second tour. 
Le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 2012, François Hollande, ici en campagne à Lorient dans le Morbihan, le 23 avril 2012, avant le second tour.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Lundi 27 février 2012, François Hollande est l’invité de Parole de candidat, en prime time sur TF1, et il est un peu plus de 22 heures quand il fait une annonce. Celle de la taxe à 75%, un des marqueurs de la campagne victorieuse de François Hollande, et ce qu’on appelle un coup politique et un coup de com’.

Pour y revenir, François Hollande a accepté de nous expliquer sa stratégie. À commencer par les raisons qui l’ont poussé à ne pas en parler à Jérôme Cahuzac, qui pourtant s’occupait de son programme économique. Jérôme Cahuzac qui était tombée des nues en apprenant la mesure, quelques minutes plus tard, sur une autre chaîne.

“Il a été surpris, précise François Hollande, parce qu’il n’était pas informé. Heurté sans doute, parce que il n’adhérait pas à la proposition. Mais il n’était pas le seul à être surpris, puisque pour qu’un coup soit réussi, il faut bien sûr qu’il soit suffisamment surprenant, détonant même, pour que il puisse être compris par les Français comme une proposition forte.”

Une proposition forte qui permet à François Hollande de reprendre la main sur l’agenda politique et médiatique. 

Je sais donc que cette proposition va faire débat, et c’est le but parce que dans une campagne, il y a plusieurs temps, il y a le lancement de la campagne, puis après, on est sur un plateau. Et moi qui suis le favori, le risque, c’est que si je ne relance pas la campagne, je peux m’effilocher…

François Hollande

Les sondages de François Hollande ne vont pas s’effilocher, bien au contraire. On ne peut pas en dire autant de la fameuse taxe à 75%. 

“Ce qui est un bon coup de campagne peut se révéler ensuite un coût, ou un fardeau plus difficile une fois élu. Et la modalité n’était pas si simple à trouver, la preuve, c’est qu’il y a eu une censure du Conseil constitutionnel et j’ai été obligé de reprendre mon projet”, précise l’ancien président de la République. 

François Hollande a repris son projet, mais le coup politique avait pleinement réussi puisqu’il a remporté l’élection présidentielle, et distancié Jean-Luc Mélenchon qui, à l’époque, lui grignotait des voix dans les sondages.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page