Economie

Elon Musk, l’argent provocateur

Par

Publié aujourd’hui à 12h00

Le soleil s’est déjà levé sur le Pacifique quand Elon Musk se réveille dans sa somptueuse villa de Bel Air, à Los Angeles, au côté de sa compagne, la chanteuse canadienne Grimes. Aujourd’hui, il part visiter son usine de batteries dans le Nevada. Au volant de sa Tesla S, il roule vers l’aéroport, pour rejoindre un jet privé. En route, seul, sans en référer à quiconque, il tweete : « J’envisage de sortir Tesla de la cote à 420 dollars [354 euros] l’action. Financement assuré. » Ce 7 août 2018, en pleine séance boursière, Wall Street est médusée face à cette information déroutante, qui valorise Tesla à 70 milliards de dollars et nécessite de trouver les capitaux pour racheter les actions. L’action s’envole brutalement avant de voir sa cotation suspendue. Musk persiste, précisant dans d’autres tweets que « le soutien des investisseurs est confirmé. La seule raison pour laquelle ce n’est pas certain, c’est que cela dépend du vote des actionnaires ».

Le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, est furieux de ces sorties, tandis que le conseil d’administration de Tesla est consterné par son incontrôlable patron. Dans un entretien accordé quelques jours plus tard au New York Times, le milliardaire explique qu’il n’a pas proposé par hasard le cours de 420 dollars : 4:20, soit « four twenty », est censée être l’heure idéale de la journée pour fumer un joint, selon les adeptes de la contre-culture nord-américaine. Mais Musk l’assure, il n’a pas agi sous emprise : « Je n’avais pas pris d’herbe, soyons clairs, ce n’est pas bon pour la productivité. » En revanche, il se confie, comme pour justifier son tweet incendiaire. Il explique qu’il est au bout du rouleau : il travaille cent vingt heures par semaine, a failli rater, à deux heures près, le mariage de son frère Kimbal, en juin, et a passé toute la journée de son 47e anniversaire au travail : « Toute la nuit. Pas d’amis, rien. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au bord du burn-out, Elon Musk « devrait prendre des vacances »

Face au New York Times, Musk alterne rires et pleurs. Il n’en peut plus : Tesla ne parvient pas à produire sa Model 3 au rythme espéré ; sa prétention à devenir un gros fabricant d’automobiles est menacée ; l’entreprise dévore du cash, toujours plus de cash. Musk a même plaisanté sur Twitter, quelques mois plus tôt, annonçant sa faillite un 1er avril : « Tesla fait faillite, Palo Alto, Californie, 1er avril 2018. Malgré des efforts intenses pour collecter des fonds, y compris une ultime vente massive d’œufs de Pâques, nous sommes tristes d’annoncer que Tesla a complètement et totalement fait faillite. Tellement en faillite, vous ne pouvez pas y croire. »

Il vous reste 84.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page