People

Héritage de Michel Delpech : le chanteur a laissé “une belle dette fiscale” à sa veuve Geneviève


Pour une surprise, c’est une belle surprise ! Michel Delpech est décédé le 2 janvier 2016 d’un cancer mais sa voix continue à résonner dans nos âmes. Et bientôt à la radio. Son épouse Geneviève et son fils Emmanuel ont travaillé ensemble sur une soixantaine de reprises que le chanteur avait enregistrées pour les éditions Atlas. Ils ont sélectionné dix titres, dont Quelque chose de Tennessee de Johnny Hallyday, Je suis venu te dire que je m’en vais de Serge Gainsbourg ou Quelques mots d’amour de Michel Berger et les ont regroupés sous le titre Photos souvenirs – comme l’aurait dit William Sheller – qui paraît chez Universal le vendredi 23 juillet 2021.

Michel a fait donation au dernier vivant

Ces enregistrements datent des années 1996 et 1997 mais ont été remis au goût du jour et, pour la moitié, remixés. Michel Delpech a donc laissé derrière lui un joli répertoire et quelques inédits. Mais pas que. En termes de testament, l’artiste avait misé pour la simplicité, ce qui n’a mené personne vers une guerre sans fin. “Je suis son héritière, car Michel a fait donation au dernier vivant, explique sa veuve, Geneviève dans les colonnes du journal Le Parisien. Pour l’instant, je gère tout, mais je suis une maman généreuse. Et de toute façon, Michel nous a laissé avec une belle dette fiscale, comme tant d’artistes. Beaucoup de choses sont d’abord parties à son remboursement.

Qui est Emmanuel, le fils de Michel Delpech ?

C’est un nom que l’on a peu l’habitude de lire ! Et pour cause, Emmanuel Delpech est davantage un homme de l’ombre. Musicien et compositeur, le jeune homme de 31 ans possède une société d’édition, compose pour la télé, pour des publicités et des documentaires – dont Michel Delpech, entre les lignes, coécrit par Pierre-Emmanuel Bidegaray, autre fils du chanteur. “Mais mon nom de famille ne me donne aucune légitimité à me montrer, précise-t-il. J’ai accepté de promouvoir cet album avec plaisir parce qu’il me tient à coeur et que j’y travaille depuis un an. Au-delà d’être son fils, j’ai la même sensibilité que lui et je me sentais de taille pour choisir les titres et refaire des arrangements qui étaient un peu vieillots…”

Retrouvez l’interview de Geneviève et Emmanuel Delpech dans Le Parisien du 23 juillet 2021.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page