Politiques

Quatrième vague, contrôle du pass sanitaire, vaccination… Ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex


“Nous sommes dans la quatrième vague.” Invité du journal de 13 heures sur TF1 mercredi 21 juillet, le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé les craintes suscitées par le récent rebond de l’épidémie de Covid-19 en France. Lundi, il avait prévenu les députés de la majorité que “des moments difficiles attendent notre pays”, comme le rapportait BFMTV. Evolution de l’épidémie, mise en place du pass sanitaire, progression de la vaccination : voici l’essentiel des déclarations de Jean Castex.

Le variant Delta largement majoritaire en France

“Ce fameux variant Delta est là, (…) et beaucoup plus contagieux, a alerté le Premier ministre. Plus 140% en une semaine, plus de 18 000 cas hier.” Face à ce variant, Jean Castex a précisé que des “mesures de freinage” pourraient être prises si nécessaire, d’abord au niveau local. Les autorités pourront rétablir le port du masque “qui peut être généralisé sur un département” a précisé Jean Castex, ou encore “fermer des établissements recevant du public, comme les restaurants, à partir de 23 heures.”

Le pass sanitaire ne sera pas exigé dans les établissements scolaires

Le Premier ministre l’a assuré : les écoliers, collégiens et lycéens pourront se rendre en classe à la rentrée même s’ils ne disposent pas de pass sanitaire. “Toute notre stratégie depuis le début de la crise a consisté à veiller à ce que les enfants de France soient le plus possible scolarisés, a déclaré Jean Castex. On ne va pas dire maintenant : ‘Si vous n’êtes pas vaccinés (…) on va vous priver d’école’.”

La campagne de vaccination va néanmoins s’inviter dans les écoles. “Au mois de septembre, nous allons mettre le paquet pour vacciner tous les enfants de 12 à 17 ans qui ne l’auront pas été, a annoncé le Premier ministre. Nous allons mettre en place des dispositifs allant vers eux dans les établissements scolaires.”

Les restaurateurs n’auront pas à contrôler l’identité de leurs clients

Si le pass sanitaire sera bien exigé, dès le mois d’août, dans les bars et restaurants notamment, les restaurateurs et gérants d’établissements recevant du public auront seulement à contrôler le QR code des clients, non leur identité, a précisé Jean Castex. Les contrôles d’identité seront faits de “façon aléatoire” par les forces de l’ordre. Pour faciliter la mise en place de cette nouvelle habitude, Jean Castex a annoncé une période de rodage. “Il y aura une semaine, huit jours, où le temps est à la pédagogie, après viendra le temps des sanctions”, a-t-il précisé. 

Interrogé sur la stratégie du gouvernement face aux réticences des non-vaccinés, le Premier ministre a présenté le pass sanitaire comme une “incitation à la vaccination”. “C’est le moyen de laisser ouverts le plus possible des lieux qui pourraient être fermés si l’épidémie flambait, a-t-il ajouté. Les restaurants (…) sont en première ligne car l’arme du masque n’est pas utilisable.”

Objectif : 50 millions de primo-vaccinés d’ici la fin août

Le chef du gouvernement a par ailleurs annoncé que la campagne de vaccination devrait bientôt dépasser les prévisions initiales. “L’objectif de 40 millions [de primo-vaccinations], fixé initialement fin août, sera atteint à la fin du mois”, a-t-il affirmé, ajoutant que l’exécutif souhaite désormais atteindre le cap des “50 millions de primo-vaccinés fin août”. Le Premier ministre a aussi tenu à répondre aux Français ayant eu des difficultés à prendre rendez-vous pour se faire vacciner récemment. “D’ici quinze jours, on va ouvrir cinq millions de rendez-vous, et l’idée ce n’est pas de dire : ‘Vous aurez un rendez-vous le 20 août’.”

Dans le viseur du gouvernement figurent aussi les “3 millions de plus de 50 ans, avec des comorbidités (…) qui ne sont pas vaccinés, a déploré Jean Castex. Je leur lance un appel : précipitez-vous, encore plus que les autres !”

De nouvelles règles pour les vaccinés qui sont cas contacts

En complément, les personnes complètement vaccinées ne seront plus considérées comme des cas contacts par les autorités sanitaires. “Les personnes qui ont deux doses, jusque-là, devaient s’isoler”, a précisé Jean Castex. “Les analyses faites sur ces personnes montrent qu’elles n’ont plus de risque d’attraper la maladie”, a-t-il justifié, ajoutant que le ministre de la Santé allait envoyer une “instruction” dans ce sens. 




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page