Economie

« Les politiques ne peuvent pas laisser fleurir un capitalisme débridé »

Tribune. Le rapport des deux éminents économistes Jean Tirole et Olivier Blanchard [qui ont remis un rapport, mercredi 23 juin, à Emmanuel Macron sur « les grands défis économiques »] apporte un éclairage pertinent sur certains problèmes de la France : le climat, les retraites et l’éducation ; mais sa contribution aux principaux problèmes sociaux de notre pays est trop limitée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Olivier Blanchard et Jean Tirole : « Nous plaidons pour l’adaptation du système de retraite à l’augmentation de l’espérance de vie »

Demander un tel rapport à des économistes était une fausse bonne idée. Le problème actuel de notre société – les « gilets jaunes » en ont témoigné – est politique. Et la situation est trop grave pour la laisser entre les mains des économistes.

C’est une certaine révision du capitalisme néolibéral qu’il convient de proposer – vers un capitalisme plus acceptable, inclusif. Même si le capitalisme ne peut pas être une œuvre caritative, il ne doit pas nuire à la cohésion sociale, sous peine d’exploser un jour.

Une minorité s’est beaucoup enrichie

Une réflexion sur le partage entre les profits des entreprises et le niveau des salaires, entre le capital et le travail, est nécessaire ; elle est malheureusement inexistante dans ce rapport, comme dans le débat public, mais aussi au Parti socialiste, dont c’est pourtant la mission, mais qui brille actuellement par son indigence intellectuelle…

Chacun convient que le sentiment d’inégalité en France est perçu de façon paradoxale alors que les inégalités y sont parmi les plus faibles en Europe. C’est un problème de ressenti, comme dit la météo.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment la crise sanitaire a aggravé la pauvreté en France

Pourquoi ? D’abord parce que les rémunérations des grands patrons et des grands banquiers sont devenues excessives, alors que, jusqu’aux années 1970, elles étaient moins connues et avec des écarts beaucoup plus faibles entre le secteur public et le secteur privé. Surtout, depuis dix ans, les salaires sont restés stables tandis que le CAC 40 a doublé : de 2010 à 2018, le salaire mensuel brut des employés est passé de 1 507 à 1 622 euros, celui des ouvriers de 1 583 à 1 610 euros selon l’Insee.

Le comble, c’est que cette augmentation a été irriguée par le « quantitative easing », c’est-à-dire les milliers de milliards de dollars de liquidités apportées aux Etats-Unis et en Europe par la Réserve fédérale et les banques centrales, entraînant des taux d’intérêt faibles voire négatifs, et une augmentation – une bulle ? – des actifs non monétaires au-delà de leur valeur intrinsèque : immobilier, œuvres d’art, actions, au détriment des obligations.

Il vous reste 56.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page