Acceuil

L’assassinat du président haïtien est le dernier défi pour CNN Heroes au service de leur nation

Trois héros de CNN ont partagé leurs histoires sur le nouveau danger et l’incertitude auxquels ils sont maintenant confrontés depuis le meurtre de Moise.

Depuis 2007, Patrice Millet utilise le football pour éduquer les enfants de certains des bidonvilles les plus pauvres d’Haïti.

Millet, Héros de CNN en 2011, a fondé la Fondation Notre-Dame du Perpétuel Secours (Fondation Notre-Dame du Perpétuel Secours), ou FONDAPS. L’association fournit gratuitement du matériel, du coaching et de la nourriture dans le but d’apprendre aux enfants à devenir des citoyens responsables.
Patrice Millet, fondateur de FONDAPS et Héros de CNN 2011

Actuellement, il y a environ 250 étudiants dans le programme de Millet. Mais au cours des quatre derniers mois, la menace d’enlèvement par des gangs bien armés a rendu difficile pour eux de se rencontrer sur les terrains de football, a-t-il déclaré.

Millet, qui a parlé à CNN depuis Miami, a déclaré que l’assassinat de Moise montre à quel point il est difficile de se sentir en sécurité n’importe où en Haïti en ce moment.

“Les gens peuvent venir comme ça et tuer un président”, a-t-il déclaré. “Dans la rue maintenant, tu n’es rien. Tout le monde peut venir te tuer pour rien. Et ce pays ne fait qu’empirer.”

Millet a déclaré qu’il voulait l’unité et la justice à la suite de l’assassinat de Moise.

“J’ai vraiment peur pour ce pays”, a-t-il déclaré. “Ce dont j’ai peur, c’est qu’il puisse y avoir un génocide.”

Pour empêcher Haïti de sombrer dans le génocide, Millet a déclaré qu’il pensait que le pays devait établir un nouveau gouvernement. Il appelle la communauté internationale à aider à créer une structure durable qui permettrait des élections.

Cependant, Millet a également averti que toute implication de la communauté internationale devrait prendre en compte l’histoire d’Haïti et les événements qui ont conduit à ce moment.

Lorsque Haïti a combattu et obtenu son indépendance de la France en 1804, il est devenu la deuxième république libre et la seule nation noire des Amériques, juste derrière les États-Unis. Depuis lors, l’héritage colonial d’Haïti a été une longue et compliquée histoire de bouleversements et de luttes politiques et économiques.

Millet appelle la communauté internationale à enquêter sur la façon dont tant d’armes à feu entrent en Haïti et atterrissent entre les mains de membres de gangs.

Fier que FONDAPS ait réussi à garder les enfants hors des gangs, Millet a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’arrêter et qu’il ne cherchait qu’à étendre son programme.

“Le travail que je fais devrait être fait à plus grande échelle”, a-t-il déclaré. “La nourriture que j’ai donnée n’est pas suffisante. … L’argent que j’ai pour payer toutes les dépenses n’est pas suffisant. … Je veux aider les autres dans la communauté de Cité Soleil. Et je n’ai pas beaucoup d’aide … même si je n’ai pas d’aide, je ferai quand même le travail.”

Des survivantes de viol luttent pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes

Malya Villard-Appolon est la co-fondatrice de KOFAVIV – un acronyme qui se traduit par la Commission des femmes victimes pour les victimes. Elle et son réseau de victimes de viol fournissent des soins médicaux et un soutien à d’autres victimes de viol. Elle a été nommée dans le Top 10 des héros de CNN en 2012.

Dans un courriel à CNN, elle a décrit la situation en Haïti avant l’assassinat présidentiel comme catastrophique et désastreuse pour les femmes haïtiennes.

“Il n’y a pas de soins de santé publics. Il est difficile d’aller en justice pour porter plainte. En ce moment, nous n’avons pas de nourriture, pas d’eau, pas de poursuites judiciaires.” Elle poursuit en disant que la situation n’a fait qu’empirer après le meurtre de Moise. « Maintenant que le président est mort, nous n’avons plus de dirigeants ; les femmes et les filles sont plus vulnérables. »

2012 CNN Hero Malya Villard-Appolon, co-fondateur de KOFAVIV

Villard-Appolon a déclaré qu’elle avait été forcée de fuir Haïti en 2014 après que des hommes armés l’aient ciblée à son domicile. Elle s’est entretenue avec CNN des États-Unis, où elle travaille toujours avec son équipe sur le terrain pour soutenir les survivants en Haïti.

Villard-Appolon a déclaré que les gangs de rue comblaient un vide de pouvoir en Haïti, même avant la mort de Moise.

« Les gangs envahissent les rues, il n’y a pas de forces de sécurité ; le président était inexistant avant même sa mort, et maintenant les gangs font la loi.

Elle a décrit des incidents de femmes violées devant leurs maris et de filles devant leurs parents. Elle a raconté comment les femmes et les filles sont victimes ouvertement, sans aucun recours, et a déclaré qu’elle aimerait voir la communauté internationale jouer un rôle actif pour mettre fin à la violence dans la rue.

« Nous demandons au monde de nous aider à éradiquer les gangs dans le pays et d’envoyer des forces pour les désarmer ; la population ne peut pas survivre, nos jeunes filles, les femmes, ne peuvent pas survivre.

Appel à financer les « forces productives » d’Haïti

Avant que Robert “Boby” Duval ne fonde son organisation à but non lucratif, L’Athlétique d’Haïti (Athlètes d’Haïti), en 1996, il a été victime du passé politique mouvementé d’Haïti. Sous le régime du président Jean-Claude (“Baby Doc”) Duvalier, Duval a été emprisonné pendant 17 mois et torturé.

Pendant ce temps, Duval a affirmé avoir été témoin de plus de 180 décès parmi ses codétenus. Il n’a été libéré qu’après que l’administration du président américain Jimmy Carter a exigé la libération de tous les prisonniers politiques en Haïti.

Maintenant, après l’assassinat de Moise, Duval appelle le monde à prêter à nouveau attention à ce qui se passe à l’intérieur d’Haïti et à travailler pour apporter un changement positif. Il souhaite que les pays se réunissent pour “donner une chance aux forces productives de ce pays” et “les soutenir vraiment, celles qui font la différence”.

Boby Duval, fondateur de L'Athletique d'Haïti et héros de CNN en 2007

Duval, nommé CNN Hero en 2007, et L’Athletique d’Haïti font la différence depuis plus de 30 ans. Ils offrent aux enfants de certains des quartiers les plus pauvres d’Haïti la possibilité de sortir de la rue, de faire du sport et de recevoir un repas quotidien. Ils emmènent même leurs équipes dans des compétitions à travers le monde.

Duval décrit Haïti comme dans un « état de choc » depuis l’assassinat de Moise. Il dit qu’il comprend que certaines personnes étaient mécontentes du leadership de feu le président, mais ont fermement condamné le meurtre.

“Il n’y a rien qui nécessite une action aussi barbare de se suicider violemment”, a-t-il déclaré.

Duval a déclaré qu’il craignait que cet assassinat ne crée un mauvais précédent qui érode davantage la fragile démocratie d’Haïti. Cependant, ces préoccupations ne font que renforcer son engagement envers sa cause et les jeunes qu’il sert.

“Ce genre de comportement ne me suffit pas pour abandonner ou changer ma vision. En termes de ce que je peux faire pour contribuer à un développement positif de cette nation… cela renforce les raisons de ce que je fais. Cela signifie essayer… de faire tout ce que je peux pour avoir le plus d’impact sur les personnes qui en ont le plus besoin.”


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page