Auto-Moto

Essai Audi Q4 e-tron : coût de foudre


En ajoutant un inédit SUV compact à batterie à son catalogue, la marque aux anneaux s’efforce de rendre son offre électrique plus abordable. C’est déjà bien d’essayer…

Après un grand et luxueux e-tron, l’arrivée du plus compact Q4 e-tron permet à Audi d’abaisser le premier prix de ses SUV électriques de près de moitié. Mais 50 % de beaucoup, cela fait encore pas mal. Celui qui s’intercale désormais entre les plus traditionnels Q3 et Q5, s’échange contre un minimum de 42 800 €. Quant à la version ici à l’essai, elle dépasse même d’emblée les 65 000 € !

Mais inutile de jouer les effarouchés plus longtemps. Electrique ou non, le Q4 est avant tout une Audi avec laquelle, de surcroît, nous souhaitions faire connaissance dans sa motorisation la plus puissante.

Dans ce cas, ce cousin des VW ID.4 et Skoda Enyaq, construit comme eux sur la plate-forme MEB, celle dévolue aux modèles à pile du groupe Volkswagen, cumule deux moteurs (un par essieu) et 299 ch. Une cavalerie franchement perceptible à l’écrasement de l’accélérateur malgré les plus de 2,2 tonnes annoncées sur la balance. Surtout parce qu’à la différence de ses homologues thermiques, quelle que soit leur puissance, cette mécanique électrique répond instantanément à chaque ordre du pied droit et jusqu’à des vitesses déjà largement répréhensibles.

Au regard de ce caractère énergique et efficace, la consommation de la paire de machines paraît acceptable. A l’issue de ce premier périple breton, l’ordinateur de bord affiche à peine plus de 20 kWh/100 km. A confirmer néanmoins lors d’un prochain itinéraire faisant une part un peu plus belle aux voies rapides plutôt qu’au réseau secondaire et aux traversées prudentes de villages.

Dans ces conditions, les 82 kWh de la batterie, dont 77 kWh utiles, permettent de prolonger le voyage sur environ 375 km. Mais il ne faut pas en parcourir autant pour que le Q4 révèle une personnalité sensiblement différente de celle de son proche parent tchèque notamment. L’Audi entretient davantage le contact avec la route en laissant un peu plus filtrer le grain du bitume. Quitte à se montrer moins confortable. C’est particulièrement flagrant à bord de notre modèle en finition S line, doté d’un châssis sport en série et préférant piocher parmi les options, de grandes roues de 21” plutôt que l’amortissement piloté.

Dans la même veine, la direction, relativement pesante, s’apprécie davantage à bon rythme qu’en manœuvre ou en ville. A moins que ce sentiment de lourdeur émane, au moins en partie, d’un volant dont le second méplat dans sa partie supérieure perturbe quelque peu sa préhension lorsqu’il s’agit de braquer rapidement d’une butée à l’autre. Mais le plus déroutant demeure de loin ses branches aux commandes tactiles, à la sensibilité exagérée. Entre autres exemples, faire afficher l’information souhaitée au combiné d’instruments numérique relève par moment du jeu d’adresse.
L’ergonomie ne souffre sinon d’aucune réelle faiblesse. La position de conduite idéalement ajustable s’accompagne de commandes de climatisation intelligemment déportées de l’écran tactile multimédia trônant au centre de la planche de bord. Du côté passager, la vision des choses s’avère peut-être moins idyllique à cause d’un dessin de mobilier proéminent, donnant un peu la sensation de voyager la tête dans la boîte à gants.

Partout ailleurs, l’espace ne manque pas, y compris à l’arrière où le sempiternel tunnel de transmission (ou de servitude) brille ici par son absence pour laisser place à un plancher plat. Et au dos de la banquette, le coffre cumule un minimum de 520 litres.

Digne de son blason, ce Q4 e-tron complète cet esprit pratique d’une présentation flatteuse, qui donne bel et bien l’impression d’en avoir pour son argent. Encore heureux me direz-vous, car pour en revenir à cet épineuse question financière, notre exemplaire tutoie les 85 000 € dans la configuration ici présente.

Evidemment, personne ne vous oblige à vous jeter sur les suppléments, même si certains sont très tentants, à l’image de la pompe à chaleur ou du chargeur compact permettant de se brancher sur une prise domestique.

Il y a même une solution plus radicale pour contenir les coûts : finalement préférer un Q4 40 e-tron de 204 ch à “notre” 50 e-tron quattro privé de bonus, dont le principal intérêt se limite à ses quatre roues motrices. Car magie de l’électrique, peu importe la cavalerie, l’agrément mécanique reste le même. Ce qui n’est pas le cas du tarif, démarrant 17 000 € plus bas, ni de la consommation, plus faible d’environ 3 kWh/100 km sur un même parcours. Or, en attendant que le chargeur embarqué admette plus de 125 kW en courant continu et surtout que le réseau de bornes rapides atteigne une densité satisfaisante en France, il n’y a pas de petites économies d’énergie.

Notre verdict

Rouler à l’électrique n’est toujours pas donné à tout le monde. Mais ce n’est pas seulement la faute d’Audi. Mais aussi à un réseau de recharge encore trop épars.

On aime

  • Présentation valorisante
  • Proposition quatre roues motrices
  • Toucher de route

On aime moins

  • Budget difficile à contenir
  • Confort ferme
  • Réseau de bornes toujours en développement

Fiche technique Audi Q4 50 e-tron quattro S line

ACHETER

  • Version essayée : 65 700 €
  • À partir de 65 700 €
  • Conso moyenne constructeur/durant l’essai (kWh/100 km) : 18,4-21,1/20,5
  • CO2/bonus : 0/0 €
  • Puissance fiscale : n.c
  • Pays de fabrication : Allemagne

Gamme proposée

  • Electrique de 170 à 299 ch, de 42 800 € à 68 400 €

CONDUIRE

  • Moteur : arrière électrique synchrone + avant électrique asynchrone
  • Transmission : intégrale, 1 rapport
  • Puissance maxi (ch) : 299
  • Couple maxi (Nm) : 460
  • Poids (kg) : 2 210
  • Long.xlarg.xhaut. (m) : 4,59×1,87×1,63
  • Empattement (m) : 2,76
  • Capacité batterie (kWh) : 82 (77 utiles)
  • Vitesse maxi (km/h) : 180
  • 0 à 100 km/h : 6”2
  • Pneus de série : AV 235/50 R20 ; AR 255/45 R20
  • Pneus de l’essai : AV 235/45 R21 ; AR 255/40 R21

VIVRE

  • Largeur aux coudes (AV/AR) : 151/148
  • Longueur aux jambes AR : 76
  • Coffre à 5/2 (l) : 520/1 490

OPTIONS CONSEILLÉES

  • Pompe à chaleur : 1 160 €
  • Suspension pilotée : 1 610 €
  • Chargeur prise domestique: 760 €

PRINCIPALES CONCURRENTES

  • BMW iX3, à partir de 69 950 €
  • Mercedes EQA 350 4Matic AMG Line, 59 200 €

D’autres électriques sur auto-moto.com :

Essai Porsche Taycan propulsion : notre avis au volant

Formule E : notre essai de la monoplace 100% électrique

Peugeot e-208 vs Renault Zoé : stars académiques


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page