Technologie

Comment ces espaces virtuels 3D vont accélérer l’arrivée de robots domestiques plus intelligents


Les robots domestiques s’apprêtent à s’installer dans nos maisons et nos appartements, mais on n’est encore loin de l’assistant universel. On aimerait qu’ils soient capables de s’occuper de tout un foyer, comme le robot Rosie dans la série animée « Les Jetson ». Mais les robots domestiques actuels sont très spécialisés, et très… limités. Ils peuvent préparer des plats ou aspirer le sol, et cela ne va pas beaucoup plus loin.  

Pour pouvoir créer un robot Rosie réellement fonctionnel, l’un des grands problèmes à résoudre est la compréhension de l’environnement physique. Entraîner un robot dans une espace réel est faisable, mais cela prend beaucoup de temps. C’est pourquoi on utilise également des espaces virtuels 3D. Encore faut-il en avoir.

A découvrir aussi en vidéo :

Des chercheurs en intelligence artificielle de Facebook viennent de présenter « Habitat 2.0 », un dataset d’espaces virtuels 3D créé en partenariat avec Matterport, fournisseur de caméras 3D.
Ce pool de données contient un millier de scans 3D d’appartements, de maisons individuelles, de bureaux ou de locaux commerciaux. Cet ensemble de données est le plus large jamais réalisé, avec plus de 112 000 m² d’espace navigable.
Comparé à la mouture précédente, Habitat 1.0, il a surtout l’avantage d’être actionnable. Le robot virtuel ne se balade pas dans un décor figé, mais peut ouvrir des tiroirs et des portes, pousser des chaises, saisir des objets et les déplacer, etc. Un peu comme dans un jeu vidéo.

La richesse de ce nouveau dataset permet aux chercheurs d’envisager la simulation de scénarios beaucoup plus complexes, comme ranger une chambre ou préparer la table.

D’ailleurs, cet ensemble de données est également accompagné d’un nouveau simulateur baptisé « Habitat 2.0 Simulator », qui permet justement d’exécuter ces simulations de façon performante.
Selon Facebook, ce nouvel environnement permettra de gagner un temps précieux. Selon Dhruv Batra, un chercheur chez Facebook AI, des expériences qui prenaient six mois peuvent désormais se faire en deux jours. Les chercheurs pourront donc réaliser beaucoup plus d’expériences et avancer plus vite dans leurs études. Avec un peu chance, on pourra bientôt avoir une vraie Rosie à la maison.

Source : Facebook AI


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page