Auto-Moto

Petite histoire des constructeurs automobiles engagés au Tour de France

Alors que Citroën soutient une équipe au Tour de France, retour sur les précédentes incursions des marques auto sur la Grande Boucle.

Cette année, les chevrons sont de retour dans le peloton. L’équipe française AG2R Citroën Team a marqué cette édition du Tour de France, notamment avec les belles performances en montagne de l’Australien Ben O’Connor. La marque automobile du groupe Stellantis avait annoncé il y a quelques mois un contrat de sponsoring la liant pour plusieurs années à l’équipe cycliste de Vincent Lavenu.

Ce n’est pas tout à fait une première pour Citroën. La marque avait déjà fait une brève apparition dans l’univers du vélo, au milieu des années 1980. Revigorés par le sémillant publicitaire Jacques Séguéla après une longue période de déclin, les chevrons rouges figuraient alors sur les maillots « Mondrian » de l’équipe La Vie Claire. Ironie du sport, l’escouade financée par la galaxie Bernard Tapie était menée par l’ancien coureur vedette de l’équipe Renault-Gitane : Bernard Hinault.

Renault-Gitane écrase le Tour

Cette période fut d’ailleurs le point culminant des partenariats entre constructeurs automobiles et équipes cyclistes. En rachetant le fabricant Gitane et ses 350 000 vélos produits annuellement au milieu des seventies, le Losange était entré dans la boucle. L’équipe Renault-Gitane et ses hommes en jaune dominèrent cette époque avec six victoires en sept ans sur le Tour de France (Bernard Hinault et Laurent Fignon).

Confronté à un contexte économique difficile, Georges Besse retire la Régie du Tour après l’édition 1985. Le directeur sportif – Cyrille Guimard – rebondit avec un contrat de sponsoring avec le réseau de distribution Système U.

D’autres marques auto sont également apparues dans l’univers du vélo. Exemple ? Seat, via une collaboration avec le fabricant de vélos basque Orbea en 1986. Vingt ans plus tôt, sur les photos noir et blanc, on distingue quatre lettres bien connues. Lucien Aimar remporta la 53e édition pour le compte de l’équipe Ford France-Hutchinson. Son leader s’appelait Jacques Anquetil.

Peugeot : des damiers légendaires

Mais le plus grand nom commun au vélo et à l’automobile fût Peugeot. L’entreprise souda ses premiers cycles avant d’assembler ses premières voitures, à l’aube des années 1880. Comme nombre de fabricants de biclous, le Lion créa son équipe dès le début du XXe siècle. En 1905, Louis Trousselier remporta le Tour de France pour la « patrouille » Peugeot-Wolber. Le palmarès des temps héroïques regorge de triomphes sur des vélos doubiens : René Pottier, Lucien Petit-Breton, Philippe Thys, Firmin Lambot…

Créé au début des années 1960, le fameux maillot à damier de Peugeot habilla Tom Simpson, Eddy Merckx, Roger Pingeon, Walter Godefroot, Hennie Kuiper, Phil Anderson, Robert Millar ou Stephen Roche… Et surtout Bernard Thévenet, vainqueur des Tour 1975 et 1977 ! La saison 1986 est la dernière où Peugeot figura dans le peloton. Ils laissent ensuite leur place au « Z » des boutiques de vêtements pour enfants.

Fiat puis Skoda pour les officiels

Jusqu’aux eighties, les voitures officielles du Tour étaient frappées du Lion. Les archives chères à Jean-Paul Ollivier en témoignent : organisateurs et directeurs sportifs parcouraient les étapes en 504, en 505 ou en 604. C’est en 1988 que Fiat récupère le contrat de fournisseur automobile. Les Croma, Tempra puis des Alfa Romeo figurent en arrière-plan derrière les échappés. Quinze ans plus tard, c’est Skoda qui devient voiture officielle du Tour de France. Depuis 2003, les breaks et SUV tchèques participent au succès grandissant de la marque en Europe.

Photo : Bernard Thévenet, leader de l’équipe Peugeot, pendant le Tour de France 1976 / René Milanèse / Wikimedia Commons / CC-BY-3.0

A lire sur auto-moto.com :

Dans les coulisses de Skoda au Tour de France (2017)

Comment sont construits les véhicules de la caravane du Tour de France ? (2016)

Le Skoda Enyaq iV déjà sur le Tour (2020)


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page