Acceuil

Manifestations en Afrique du Sud : plus de 70 morts dans des violences après l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma


Johannesbourg
CNN

Les soldats et la police luttaient pour rétablir l’ordre dans certaines parties de l’Afrique du Sud mardi, alors que la police a déclaré le nombre de personnes tuées dans jours de protestations et de pillages est passé à au moins 72 dans certaines des pires violences que le pays ait connues depuis des années.

Des manifestations ont éclaté la semaine dernière alors que l’ancien président sud-africain Jacob Zuma, 79 ans, s’est rendu aux autorités pour purger une peine de 15 mois de prison pour outrage au tribunal. Il avait refusé de comparaître devant une commission anti-corruption pour faire face à plusieurs allégations, notamment de corruption et de fraude, qu’il a niées à plusieurs reprises.

Parmi les personnes tuées dans les violences, 10 sont mortes dans une bousculade dans le canton de Soweto, a déclaré à CNN le porte-parole du ministère de la Police, Lirandzu Themba. Plus de 1 200 autres ont été arrêtés dans les provinces du KwaZulu-Natal – d’où est originaire Zuma – et du Gauteng.

Depuis près d’une semaine maintenant, des manifestants et des pillards ont incendié des centres commerciaux et se sont affrontés avec la police, qui a riposté avec des balles en caoutchouc et est maintenant tellement submergée que l’armée a été appelée pour les soutenir.

CNN s’est rendu mardi à Soweto, où le propriétaire du magasin Rahman, qui n’a pas fourni son nom de famille, a déclaré qu’il avait peur d’avoir tout perdu.

« Même en ce moment où je vais rester, ce que je vais manger, ce que je vais faire – nous ne savons rien. Vraiment, nous perdons tout », a-t-il déclaré à CNN.

Un policier inspecte les dégâts dans un centre commercial pillé à Vosloorus, en Afrique du Sud, mardi.

MARCO LONGARI/AFP via Getty Images

Un policier inspecte les dégâts dans un centre commercial pillé à Vosloorus, en Afrique du Sud, mardi.

« C’est très douloureux, et je ne sais pas ce que je peux dire à ce sujet. Ce n’est pas notre faute. Je ne sais pas ce qui s’est passé avec le gouvernement. On ne sait pas mais ce n’est pas de notre faute. Nous n’avons rien fait. Nous perdons juste comme ça.

Des soldats ont patrouillé mardi dans les rues de Johannesburg à bord de véhicules blindés de transport de troupes, tenant des fusils à balles réelles alors que l’armée s’efforçait de rétablir l’ordre après les violences.

Le ministre sud-africain de la police, Bheki Cele, a promis de mettre un terme à la violence continue qui a éclaté au cours du week-end.

“Nous ne pouvons permettre à personne de se moquer de notre État démocratique et nous avons demandé aux forces de l’ordre de redoubler d’efforts pour mettre fin à la violence et augmenter le déploiement sur le terrain”, a-t-il déclaré, implorant ceux qui manifestaient de le faire pacifiquement.

Les manifestations contre l'emprisonnement de l'ancien président Jacob Zuma sont les plus violentes que le pays ait connues depuis des années.

Les manifestations contre l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma sont les plus violentes que le pays ait connues depuis des années.

“Aucune quantité de mécontentement ou de circonstances personnelles de notre peuple ne donne le droit à quiconque de piller, de vandaliser et de faire ce qu’il veut et d’enfreindre la loi.”

Le gouvernement du Botswana voisin a publié mardi un avis à l’intention de ses citoyens afin d’éviter les déplacements inutiles dans certaines parties de l’Afrique du Sud.

Le lundi soir, Le président Cyril Ramaphosa s’est adressé à la nation d’appeler au calme et a annoncé que l’armée serait déployée dans les provinces touchées. Il a reconnu que les manifestations et les pillages avaient peut-être commencé par des griefs politiques, mais a déclaré que des éléments criminels “opportunistes” avaient pris le relais.

Il a également averti que la poursuite des manifestations et le pillage pourraient saper davantage la réponse du pays à Covid-19 et le déploiement de la vaccination, plusieurs sites de vaccination étant contraints d’arrêter d’administrer des doses en raison de la violence.

Des soldats des Forces de défense nationale d'Afrique du Sud sont déployés à Soweto pour aider la police à lutter contre les violences meurtrières et les pillages.

LUCA SOLA/AFP via Getty Images

Des soldats des Forces de défense nationale d’Afrique du Sud sont déployés à Soweto pour aider la police à lutter contre les violences meurtrières et les pillages.

Le nombre de morts de Covid-19 dans le pays augmente depuis juin et les médecins décrivent un système au-delà de son point de rupture – avec des lits d’hôpitaux insuffisants et à peine assez d’oxygène.

Zuma s’est rendu à la police la semaine dernière après des jours de spéculation sur la question de savoir s’il se conformerait aux ordres du tribunal de l’emprisonner. Les avocats de Zuma ont plaidé lundi pour une réduction de peine.

Zuma a été président de 2009 à 2018 et était autrefois largement célébré comme une figure clé du mouvement de libération du pays. Il a passé 10 ans en prison avec le héros anti-apartheid et ancien président Nelson Mandela.

Mais ses neuf années au pouvoir ont été entachées d’allégations de corruption de haut niveau.

Zuma est accusé de corruption impliquant trois hommes d’affaires proches de lui – les frères Atul, Ajay et Rajesh Gupta – et leur permettant d’influencer la politique du gouvernement, y compris l’embauche et le limogeage de ministres pour s’aligner sur les intérêts commerciaux de la famille. Les Guptas nient les actes répréhensibles mais ont quitté l’Afrique du Sud après l’éviction de Zuma de la présidence.

Amy Cassidy de CNN a contribué à ce rapport.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page