Economie

La Commission européenne revoit de nouveau ses prévisions de croissance à la hausse

Le commissaire européen à l’économie, Paolo Gentiloni, au siège de l’UE à Bruxelles, jeudi 5 novembre 2020.

C’est sur une note positive que les économistes de la Commission européenne s’apprêtent à partir en vacances. Dans leurs prévisions (dites « d’été »), publiées mercredi 7 juillet, ils dressent le tableau d’une Europe qui se redresse et efface les ravages économiques de la pandémie de Covid-19 plus vite qu’anticipé. Comme ils l’avaient déjà fait en mai, ils revoient leurs prévisions à la hausse. « L’économie européenne devait enregistrer cette année la plus forte croissance qu’elle ait connue depuis des décennies », commente Paolo Gentiloni, commissaire à l’économie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ursula von der Leyen en tournée pour défendre le plan de relance européen

Selon la Commission, le produit intérieur brut (PIB) devrait augmenter de 4,8 % cette année et de 4,5 % en 2022, au sein de la zone euro comme de l’Union européenne (UE). Au printemps, elle misait sur un rebond de 4,3 % pour l’union monétaire (4,2 % pour l’UE) en 2021, puis de 4,4 % (dans les deux cas) en 2022. Dans ce contexte, la richesse nationale de la zone euro devrait renouer avec son niveau de 2019, avant que la pandémie ne plonge le Vieux Continent dans la pire crise qu’il ait connue depuis 1929, au dernier trimestre 2021, trois mois plus tôt que prévu.

L’économie s’est nettement moins contractée au premier trimestre que les experts de la Commission l’avaient imaginé. Le PIB de la zone euro a reculé de 0,3 % quand ils anticipaient une chute de 0,6 %. Plusieurs pays – les Etats baltes, mais aussi la Grèce, Chypre, Malte, le Luxembourg, l’Irlande, ou encore la Slovénie, la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Roumanie, la Pologne et la Suède – ont même affiché une croissance positive en ce début d’année. Même l’Italie peut s’enorgueillir d’une activité en hausse (de 0,1 %) au premier trimestre.

La progression de la vaccination incite Bruxelles à l’optimisme

La France et l’Allemagne, elles, ont continué à voir leur PIB se contracter sur les trois premiers mois de l’année, après avoir chuté respectivement de 7,9 % et 4,8 % en 2020. Mais l’Hexagone devrait le voir remonter de 6 % en 2021 et de 4,2 % en 2022. Et outre-Rhin, la croissance devrait atteindre 3,6 % cette année et accélérer à 4,6 % en 2022.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jean-Luc Tavernier, le directeur général de l’Insee : « A la fin de l’année, on aura retrouvé le niveau d’activité de fin 2019 »

De manière générale, la progression des campagnes de vaccination incite Bruxelles à l’optimisme, alors que les restrictions à la bonne marche de l’économie sont levées les unes après les autres. Au lundi 5 juillet, date des derniers chiffres disponibles, 482 millions de doses de vaccins avaient été livrées aux Vingt-Sept, 376 millions avaient été administrées. Au total, près de 63 % de la population adulte avait reçu au moins une injection et 45 % étaient totalement vaccinée. Dans ce contexte, l’exécutif communautaire juge crédible son objectif que 70 % des plus de 18 ans soient immunisés courant juillet.

Il vous reste 47.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page