Femme

voici LES bons gestes de toilette à adopter pendant l’été pour éviter les infections !

Quand vient l’été, chaleur et humidité pointent le bout de leur nez. Les vacances sur la plage dorée, entre coquillages et crustacés, les baignades dans l’eau salée ou chlorée avec la peau encore bien mouillée, accentuent et intensifient les effets de ces deux conditions “climatiques”. 

Toutefois, si elles sont fort agréables pour le moral, elles ne le sont pas forcément pour notre santé… Et en particulier pour notre zone intime. En effet, ces dernières déséquilibrent le pH de nos parties génitales et créent des maux désagréables lorsqu’on les vit au quotidien. 

Durant la saison estivale, il est ainsi plus facile de développer des mycoses, vaginoses, cystites et infections en tout genre. Il convient donc d’adapter sa toilette intime afin d’amoindrir les risques de contracter ces maladies.

Hygiène intime : pourquoi a-t-on plus de risques de contracter des infections liées à notre zone intime durant l’été ?

Comme mentionné plus tôt, les conditions estivales, la chaleur, plus précisément, ont leur rôle à jouer dans le développement de maladies touchant les parties génitales. En effet, quand il fait chaud, toute la zone située au niveau de l’entrejambe transpire d’autant plus. L’humidité y est donc plus importante que d’ordinaire, entraînant une acidification du pH de la vulve et l’apparition potentielle d’une mycose

Certains éléments constitutifs de la mer, tels que le sable ou l’eau salée, favorisent la prolifération de bactéries. Effectivement, “le sable peut abriter des champignons qui, sur une flore fragile, peuvent causer une mycose”, explique une gynécologue à nos confrères de Santé Magazine.

Mais si on croit échapper à ces tracas en privilégiant la piscine, c’est raté ! En effet, l’eau chlorée a également des effets néfastes sur la santé de nos parties intimes : elle est connue pour acidifier le pH de la flore vaginale. 

Nos envies de coller aux standards de beauté de la société nous poussent à nous épiler le maillot et les grandes lèvres à l’excès. L’objectif ? Éradiquer tout poil qui risquerait de dépasser du maillot de bain. 

Or, comme vous le savez, les poils pubiens ont leur utilité : ils protègent physiquement ladite zone des virus, des bactéries, des frottements des vêtements et forment donc une barrière protectrice physique qui repousse les diverses agressions extérieures. Lorsque l’été est installé, en s’épilant excessivement, on ôte cette barrière et on vulnérabilise donc nos parties génitales.

Quels sont les bons gestes de toilette intime à adopter pendant la saison estivale ?

Pour faire face à la transpiration et à l’humidité accrues de nos parties génitales, les spécialistes préconisent de se laver la zone intime deux fois par jour plutôt qu’une. On privilégie l’eau claire et on n’abuse surtout pas de l’usage de gels intimes. Si on décide d’y avoir recours, on privilégie ceux au pH doux voire neutre.

Une fois la baignade terminée, on enlève dès que l’on peut son bas de maillot de bain. On se rince, si possible, à l’eau claire, même si on s’est baigné dans une piscine propre en apparence. On sèche ensuite délicatement la zone intime, en procédant à de petits tapotements ; avec une serviette de bain propre, s’entend.

Enfin, si l’on se trouve dans un endroit où il est impossible de se rincer à l’eau claire, on se munit d’un spray d’eau thermale comme solution de secours. Attention toutefois à ne pas le pulvériser à l’intérieur du vagin : on se contente d’en mettre sur le pubis ; l’intérêt étant de nettoyer brièvement ladite zone sans l’agresser.

A lire également :




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page