Acceuil

Mary Simon nommée première gouverneure générale autochtone du Canada

Simon sera le premier Autochtone à être le représentant officiel de la reine Elizabeth II au Canada et le commandant en chef des Forces armées canadiennes. Il s’agit d’un rôle en grande partie cérémoniel, bien que la reine doive approuver la nomination après avoir sollicité les recommandations du gouvernement canadien.

“Aujourd’hui, après 154 ans, notre pays franchit une étape historique”, a déclaré Trudeau lors d’une conférence de presse mardi en présentant Simon. “Je ne peux pas penser à une meilleure personne pour rencontrer le moment.”

Simon sera le 30e gouverneur général du pays, remplaçant ancienne astronaute canadienne Julie Payette qui a démissionné de son poste plus tôt cette année après avoir été accusée par des employés actuels et anciens de créer un environnement de travail « toxique ».

Tel que rapporté pour la première fois par la Société Radio-Canada (CBC) l’année dernière, des employés actuels et anciens du gouvernement ont accusé Payette d’avoir créé un lieu de travail toxique, de harceler et d’intimider les employés et de faire pleurer certains employés.

La nomination survient à un moment controversé au Canada alors que le pays est confronté à son histoire d’abus systémique des communautés autochtones, y compris des programmes d’assimilation forcée.

Des centaines de restes humains ont récemment été retrouvés dans des tombes anonymes sur le terrain de plusieurs anciens pensionnats, ce qui a suscité une vague d’indignation et de critiques. La Commission de vérité et réconciliation du Canada a signalé en 2015 que des dizaines de milliers d’enfants autochtones ont été négligés et maltraités dans des internats qu’ils ont été contraints de fréquenter.
182 restes humains découverts dans des tombes anonymes près de l'ancien pensionnat

Lors de ses remarques mardi, Simon a noté qu’en tant qu’Autochtone, elle comprend la « douleur et la souffrance » ressenties à travers le pays.

“Et comme je l’ai dit dans mes remarques, nous devons nous arrêter pour reconnaître pleinement et commémorer et accepter les atrocités de notre passé collectif sur lesquelles nous en apprenons davantage chaque jour”, a déclaré Simon, ajoutant qu’il fallait du “courage” pour Trudeau de la nommer à ce poste.

Simon est né à Kangiqsualujjuaq, au Nunavik, et a défendu les droits et la culture des Inuits, selon une déclaration du gouvernement canadien.

Elle a participé activement aux négociations qui ont mené au rapatriement en 1982 de la Constitution canadienne qui a officiellement inscrit les droits ancestraux et issus de traités dans la loi suprême du Canada.

Simon est également un ancien ambassadeur canadien pour les affaires circumpolaires, un ancien ambassadeur au Danemark et un ancien président de l’Inuit Tapiriit Kanatami, une organisation nationale inuite.

« Mme Simon a consacré sa vie à faire avancer les questions sociales, économiques et des droits de la personne pour les Inuits et les peuples autochtones du Canada, et je suis convaincu qu’elle servira les Canadiens et fera la promotion de nos valeurs communes avec dévouement et intégrité. Trudeau a déclaré dans un communiqué.

Alors que Simon assume le rôle, elle espère qu’elle pourra être « un pont entre les différentes réalités vécues qui, ensemble, forment la tapisserie du Canada ».

“Je peux m’identifier à toutes les personnes, peu importe où elles vivent, ce qu’elles espèrent ou ce qu’elles doivent surmonter”, a-t-elle déclaré.

Nicole Chavez de CNN a contribué à ce rapport.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page