Acceuil

La réunion de l’OPEP+ annulée, faisant grimper les prix du pétrole

Prix ​​du pétrole grimpé plus haut sur les nouvelles. Le prix du brut Brent, la référence mondiale qui a bondi d’environ 50 % cette année, a encore augmenté de 1 % pour atteindre 77 $ le baril. Pas de nouvelle date pour une réunion a été fixée après l’annonce de l’annulation de cette réunion.

“La date de la prochaine réunion sera décidée en temps voulu”, précise le communiqué.

Le grand drame survient alors que les Américains prenant la route pour les vacances du 4 juillet sont accueillis par un prix de l’essence au plus haut depuis sept ans, ajoutant aux maux de tête liés à l’inflation qui frappent déjà l’économie. Le prix moyen d’un gallon d’essence ordinaire aux États-Unis s’élève à 3,13 $, en hausse de 95 cents ou 44 % par rapport à il y a un an.

Les prix du pétrole américain ont terminé au-dessus de 75 dollars le baril jeudi pour la première fois en près de trois ans, et se négocient désormais à près de 75,50 dollars. Il s’agit d’une reprise remarquable par rapport à avril 2020 lorsque le brut s’est effondré à moins 40 $ le baril.

Le rebond a été en partie dû à la flambée de la demande d’essence et de carburéacteur alors que la pandémie se termine et que les restrictions sanitaires s’assouplissent.

Les analystes de Wall Street ont déclaré que seule l’OPEP+ peut venir à la rescousse en pompant plus de pétrole pour répondre à la demande croissante.

Pourtant, l’approvisionnement est freiné en raison d’un accord entre l’OPEP et des alliés dont la Russie, un groupe appelé OPEP+. Les partenaires n’ont que progressivement rajouté une production qu’ils avaient agressivement mise à l’écart lors du krach pétrolier de l’année dernière.

Les Émirats arabes unis, membres de l’OPEP, qui ont massivement investi ces dernières années pour augmenter leur production, ont fait valoir publiquement que la base de référence à partir de laquelle sa part des réductions de production est calculée est trop faible.

Le ministre de l’Énergie des Émirats arabes unis, Suhail Al Mazrouei, a déclaré ce week-end que l’accord actuel n’était pas “juste”, arguant qu’il avait été contraint de ralentir un tiers de sa production tandis que d’autres pays étaient autorisés à pomper davantage par rapport à leur production maximale.

“Nous ne pouvons pas prolonger l’accord ou conclure un nouvel accord dans les mêmes conditions. Nous avons le droit souverain de négocier cela”, a déclaré dimanche le ministre dans une interview télévisée.

Pendant de nombreuses années, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont été des partenaires proches, formant l’alliance la plus importante de la région et une puissance au sein de l’OPEP. L’Arabie saoudite est le leader de facto de l’OPEP et les Émirats arabes unis étaient son troisième producteur en 2020.

Pourtant, les relations entre les deux pays ont été tendues plus récemment et les analystes ont déclaré que cela pourrait être pris en compte dans l’impasse actuelle de l’OPEP. En fait, certains observateurs de l’OPEP voient un risque que les Émirats arabes unis quittent complètement le cartel.

— Chris Isidore de CNN Business a contribué à ce rapport


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page